« Stop Bolloré ! » : un collectif se lance contre le « mercenaire de la presse »

16/02/2022

Ce mercredi 16 février s’est tenue la première conférence de presse du collectif « Stop Bolloré ! ». Lancé hier, un appel a déjà été signé par plusieurs médias, associations, syndicats, responsables de maisons d’édition et personnalités publiques. Inquiets du monopole qu’exerce Vincent Bolloré, tous se sont réunis pour dénoncer les dangers de la concentration des médias. Notre reporter Itzel Marie Diaz était présente à Paris ce matin à la Bourse du Travail

On ne présente plus Vincent Bolloré. Le milliardaire breton est présent sur tous les fronts: presse écrite, chaînes de télévision, radios, publicité, agences de communication, maisons d’édition, instituts de sondage, ou encore salles de spectacle. « Cette concentration de médias est sans précédent dans notre histoire”, peut-on lire sur le site internet du collectif « Stop Bolloré ! » qui vient de se lancer. Depuis plusieurs années, l’homme d’affaires s’est construit un empire médiatique tentaculaire. Face à ce monopole barrant la route à la liberté de la presse, le collectif compte bien stopper sa course folle vers le contrôle de l’information en France.

Concentration des médias: une démocratie en danger

Ce matin, ils étaient une dizaine à présenter leur projet. A la tête de cette conférence de presse, l’avocat Arié Alimi, connu notamment pour avoir défendu plusieurs victimes de violences policières dont la famille du militant écologiste Rémi Fraisse. (1) Également présents, entre autres, le fondateur de Mediapart, Edwy Plenel, l’avocat Jérôme Karsenty, le secrétaire général du SNJ-CGT, Emmanuel Vire. Le collectif regrette la diminution du nombre de journalistes dans le pays (2), phénomène du selon eux à l’hyper concentration des médias. “Avec Bolloré, nous avons passé un cap”, lance Emmanuel Vire. “Depuis la Libération, l’information n’est pas considérée comme un outil commercial mais comme un instrument de culture. Aussi, il est primordial que cette information reste indépendante du pouvoir public et des puissances financières. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et depuis plusieurs années déjà. » En effet, à ce jour, neuf milliardaires possèdent 90% des médias privés en France. (3)  Auditionné par la Commission d’enquête du Sénat sur la concentration dans les médias en janvier dernier, Vincent Bolloré s’est défendu en prônant un projet “purement économique. (4) Pourtant, le collectif alerte sur l’utilisation de la machine médiatique du grand patron pour partager son idéologie politique, notamment via la chaîne CNews, mais aussi Europe 1 et le JDD désormais.

Complicité intellectuelle zemmourienne

Pour le collectif, il est évident que le groupe Bolloré utilise aujourd’hui ses médias et notamment sa chaîne d’information Cnews, devenue chaîne d’opinion virulente, pour propager une idéologie anti-immigration, xénophobe, sexiste, discriminante et réactionnaire. Pour documenter la complicité du polémiste d’extrême-droite Eric Zemmour, candidat à l’élection présidentielle, et celle du milliardaire Vincent Bolloré, le collectif a visionné une centaine d’émissions Face à l’info dans laquelle Zemmour était chroniqueur sur Cnews d’octobre 2019 à septembre 2021. Ils ont ainsi cherché tout ce qui relevait de propos discriminants et d’incitation à la haine. Parallèlement, ils ont listé tous les actes de violence ayant eu lieu en France pour essayer d’établir une corrélation avec ces discours de haine. “Attention, corrélation ne veut pas dire causalité » rappelle l’historienne Mathilde Larrère, membre du collectif, “il n’empêche que cette corrélation pose question.” Pour Jean-Louis Lagarde du MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples), ces messages sont mortifères, “on peut tuer avec des mots et des images”. Il rappelle que l’un des derniers crimes contre l’humanité en Afrique a été porté par une radio.

Bolloré, le “Monsanto” de l’édition

Marie-Pierre Vieu, éditrice de la maison d’édition Arcane 17 a aussi alerté sur l’emprise de Vincent Bolloré dans le milieu de l’édition et de la distribution. Si le projet Hachette-Editis, contrôlé par Vivendi (dont Bolloré est actionnaire majoritaire) venait à exister, “78% de la littérature poche serait au main de Vincent Bolloré.” Dans cette machine à écraser la petite édition, “une bataille culturelle doit s’imposer” affirme-t-elle. 

Des actions déjà engagées

Des membres du collectif ont rédigé une saisine à destination de l’ARCOM (Autorité publique française de régulation de la communication audiovisuelle, ex-CSA), aux fins de demander la sanction de la chaîne Cnews pour ses multiples manquements à la convention la liant à l’ARCOM. “Elle fait notamment état de sept manquements contractuels relevés au gré des visionnages des émissions” lit-on dans le communiqué du collectif. Cette saisine a été déposée ce matin même. Des association anti raciste partenaires du collectif ont également décidé de déposer plainte contre X pour provocation à s’armer contre une partie de la population non suivie d’effet (article 412-8 du Code pénal), et diffusion à des mineurs d’un message à caractère violent et de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine (article 227-24 du Code pénal). Enfin, cette conférence de presse n’est que le lancement d’une longue mobilisation vouée à rassembler de plus en plus de médias, d’associations et de personnalités. Des meetings et des manifestations sont prévues dans les semaines à venir. À 66 jours de l’élection présidentielle, l’objectif de « Stop Bolloré ! » est de remettre la question de la concentration des médias, si dangereuse pour la démocratie, au cœur du débat public.

Itzel Marie Diaz

À voir sur QG 👉

« Les oligarques contre l’information » – Quartier Libre avec Aude Lancelin et Jean-Baptiste Rivoire, ex-Canal+ 👉 https://qg.media/emission/les-oligarques-contre-linformation-quartier-libre-avec-jean-baptiste-rivoire/

« Les médias font-ils les élections ? » – Pas de Quartier avec Aude Lancelin, Paul Moreira, fondateur de Premières lIgnes, Marc Endeweld, et Laurent Mauduit 👉 https://qg.media/emission/les-medias-font-ils-les-elections-pas-de-quartier-avec-paul-moreira-laurent-mauduit-et-marc-endeweld/

(1) https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/01/04/rachat-d-hachette-livre-dix-auteurs-appellent-a-la-mobilisation-contre-ce-mastodonte-qui-met-en-peril-la-biodiversite-litteraire_6108115_3232.html

(2) https://www.latribune.fr/technos-medias/medias/la-concentration-des-medias-un-fleau-pour-l-information-alertent-mediapart-les-jours-et-le-1-902538.html

(3) https://www.franceinter.fr/culture/media-crash-enquete-sur-la-fabrique-de-l-information-et-l-hyper-concentration-des-medias

(4) http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/ce-concentration-dans-les-medias

5 https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/01/04/rachat-d-hachette-livre-dix-auteurs-appellent-a-la-mobilisation-contre-ce-mastodonte-qui-met-en-peril-la-biodiversite-litteraire_6108115_3232.html

À lire aussi

3 Commentaire(s)

  1. C’est toute une « élite » politique qui depuis longtemps remet en cause notre démocratie sous fond de dictature du Capital.
    Le tournant est 2005, ce putsch parlementaire a marqué la fin du respect du peuple même s’il avait été déjà mis à mal.
    On ne peut pas détacher le problème de la presse du contexte économique et social : qui commande? Qui a l’argent?
    On est encore en train de découper , d’isoler les problèmes sans oser aller plus loin , ça fait unitaire …
    L’accent n’est pas mis sur le « service public » qui bien que n’étant pas totalement soumis , joue majoritairement la partition la « voix de son maître ».
    Je parie qu’il va se mettre de plus en plus au service de Macron.
    Dictature de Capital , certains penseront que je vais trop loin mais dans un pays riche comme la France comment des inégalités aussi fortes aussi insupportables peuvent exister sinon par des lois qui les protègent! Comment en arrive-t-on a accepter une misère aussi massive!
    Rien n’y fait on tient dur à l’UE , l’europe des capitalistes.
    Ce ne sont pas les réseaux sociaux , ni les pétitions , ni les rassemblements pourtant nécessaires qui vont régler le problème, ni une élection!
    Je ne pense pas être pessimiste je pense être simplement logique.
    Pour ceux qui veulent des infos de fond en plus de QG, il y a d’excellents articles sur le « Monde Diplomatique », il faut du temps aussi c’est le plus grand problème … et pas trop de fatigue!

  2. Bolloré a clairement annoncé la couleur quand il a pris les rènes de Canal plus. 《 Le paquebot Canal cesse de faire route à part ; il rejoint en queue la flotte de mon groupe pour servir ses intérêts》, propos tenus en conseil d’administration diffusés en interne et rapportés de mémoire.

    《Ce que je vends aux annonceurs de TF1, c’est du temps de cerveau disponible》 caracollait déjà Patrick Le Lay au debut des années 2000.

    La privatisation de TF1 a montré aux pouvoirs qu’il était plus facile de se soummettre les chaines privées inféodées à l’argent, que les chaines publiques au sein desquelles sévissaient les luttes politiques. Aujourd’hui ce sont les chaines privées qui fabriquent l’opinion et les monarques. Et ne subsistent au sein du pôle public que de rares îlots de résistance comme Cash investigation. Les grands médias sont tous sous la coupe d’intérêts autres que médiatiques.

    Ce genre d’initiative sonne l’alerte mais n’a guère de prise sur les réalités. Au mieux peut-elle faire prendre conscience au grand public combien il est manipulé. Car le noeud est là. C’est la confiance du public dans les médias qui fonde le pouvoir de ces entreprises, plus que les fonds et moyens de pression qu’elles détiennent. Le jour où cette confiance basculera, elle s’effrite dejà, ces empires s’écrouleront.

    À l’abstention massive qui a gagné le champs politique, fait déjà écho un certain rejet des médias dominants. Je ne serai pas étonné de le voir transmuer en rejet plus large de ce que charrient les images. Quelles formes de transmission prendront le relais ? Tout l’intérêt d’une chaine indépendante comme QG est là. C’est une sorte de laboratoire de l’avenir qui prend pied sur ces desillusions, en même temps qu’il nourrit un espoir. Je note d’ailleurs que je l’écoute et le lit plus que je ne le regarde, d’où l’idée que c’est aussi une sorte de « lab oratoire à images », l’image ne servant plus que de produit d’appel et de support à la voix. Mais je m’égare…

    STOP BOLLORÉ donc ! Mais pourquoi diantre que lui ? Et les autres ? Les Drahi, les Niels, Pinault, etc ? À suivre. Un article écrit avec force de conviction en tous les cas. Ça claque !

    1. J’adhère à 100% sauf …
      … sauf la question du « basculement de la confiance » : je suis moins optimiste. L’idéologie du mérite, cad de la légitimité de l’exploitation par « les meilleurs » est au coeur du divertissement et de l’information journalistique des plus riches. C’est là qu’on voit que l’idéologie est force productive … de vote. Tout comme le mensonge (promesses) électoral est aussi force productives de votes.

Laisser un commentaire