« 77% des français s’attendent à une explosion sociale dans les prochains mois » par Luc Auffret

13/05/2022

Après la réélection d’Emmanuel Macron, un 3ème tour social est probable pour beaucoup de Français. Un sondage de l’IFOP montre à quel point la présidentielle n’a rien réglé des inquiétudes du pays

Plus de trois français sur quatre (77%) pensent qu’une explosion sociale peut éclater dans le pays dans les prochains mois selon un sondage Ifop pour Sud Radio, soit 9 points de plus qu’en octobre 2021. Du jamais vu aux lendemains d’une présidentielle.

Manifestation du « convoi de la liberté » contre Emmanuel Macron et le pass sanitaire le 12 février 2022

Parmi ces 77%, 25% sont « certains » qu’une explosion sociale arrivera dans les prochains mois et 52% l’estime « probable ». Dans le détail, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle sont les plus nombreux à le penser (90%) suivi par les électeurs d’Eric Zemmour et de Marine Le Pen avec respectivement 89% et 86% s’attendant à une explosion sociale.

Ce sentiment que des troubles sociaux sont à venir dans le pays est aussi partagée par les deux tiers des électeurs d’Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse (67% et 69%).

Vers un troisième tour social 

Alors que la réélection d’Emmanuel Macron en avril a été marquée par des manifestations spontanées dans plusieurs villes de France dès l’annonce des résultats ainsi que par la mobilisation d’une partie de la jeunesse durant l’entre-deux tours, ce second quinquennat pourrait être marqué par un vaste mouvement social, alors que la très contestée réforme des retraites devrait faire son retour dès cet été. Le 25 avril, au lendemain du second tour, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait déclaré sur France Info ne pas exclure l’utilisation du 49.3 pour faire passer cette réforme ajoutant tout de même qu’il ne le souhaitait pas.

Un probable futur mouvement social, qui s’inscrit dans une colère plus vaste s’exprimant depuis plusieurs années dans le pays. En effet, la France connaît depuis les manifestations contre la Loi El Khomri en 2016, une succession quasi permanente de mobilisations sociales avec la survenue du mouvement des gilets jaunes en novembre 2018, jusqu’à la mobilisation contre le pass sanitaire en passant par le mouvement contre la réforme des retraites ou contre la loi Sécurité Globale.

Luc Auffret 

À lire aussi

4 Commentaire(s)

  1. Il faut aider le peuple à canaliser sa colère autrement, plutôt en boycottant le système… financier qu’en se révoltant « bètement ». Car l’état s’est armé pour répondre de la même façon que la chine : LE modèle de gestion de la populasse.

    Grève de la faim générale pendant 3 jours / grève des courses pendant 15 jours / Grève des achats en supermarché > tous au marché…../ zéro achat digital / Zéro CO2 – pas de voiture- pas d’énergie pendant 1 we…… Zéro viande pendant une semaine…. WE zéro loisir : tous en balade dans la nature….. zéro CB que de la monnaie pendant 15 jours… zéro téléphone pendant une semaine….

    Le confinement nous a appris une chose, on peut vivre très différemment sans que cela soit impossible, donc à nous d’expérimenter.

    Si le peuple jouait à être chaotique de façon méthodique, cela mettrait un beau bazar.
    Les gilets jaunes ou a CCC pourrait animer cela par exemple.

    1. Là, non, je ne crois vraiment pas à ta solution Hélène.
      Ce que tu proposes ressemble aux communautés anarcho-bourgeoises des années 60/70. qui ont dégénéré en boboïsme.
      Ce n’est pas de la décroissance , c’est de la régression que tu proposes : « grève des courses pendant 15 jours », « grève de la faim », « zéro achat digital » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Tu plaisantes, j’imagine ! Y’a du sado-masochisme là-dedans. C’est de l’action individuelle concertée (action quasi sacrificielle).
      Alors que ce qu’il faut c’est de l’action « politique », avec un projet « politique ».
      Ne plus consommer c’est « aussi » privé de travail les salariés.
      Les privations ne sont pas le but; c’est la suppression de la production inutile ou néfaste (polluante) qui est le but. Ainsi que la socialisation des profits.

  2. Une telle explosion serait légitime et compréhensible.
    Au sens du droit, ce serait de la légitime défense face à ce qui s’annonce. Une majorité écrasante de français n’a pas voté Macron au premier tour. Au deuxième tour, il s’agissait de choisir entre deux « maux » très minoritaires.
    Donc, la majorité populaire agressée par tout ce qui s’annonce a tout de même le droit de se défendre contre une minorité agressive. C’est pas parce qu’elle est minoritaire, dominée, qu’elle va faire sa loi ; faut pas déconner !
    Ca suffit le wokisme : c’est pas les minorités qui doivent faire la loi.
    Référendum sur toutes les lois à venir. Ou sinon, c’est aux armes !

Laisser un commentaire