Royaume-Uni: vague de grève historique contre l’inflation pour la fin de l’année

22/12/2022

Plus d’un million de travailleurs britanniques s’apprêtent à faire grève au cours du mois de décembre, menaçant de paralyser le Royaume-Uni pendant la période de Noël. Les mouvements sociaux se sont multipliés ces dernières semaines pour exiger des hausses de salaire alors que l’inflation dépasse les 10 % Outre-Manche. L’armée a même été déployée afin de remplacer certains personnels de santé et policiers aux frontières. Une situation explosive, inédite depuis la fin des années 70

Cheminots, police aux frontières, postiers, infirmiers, ambulanciers, conducteurs de bus… Une vague de grèves inédite depuis quarante ans touche le Royaume-Uni alors que l’inflation au mois d’octobre dernier a atteint les 11,1 %, et 10,7 % pour le mois de novembre. Des journées de grève sont annoncées chaque jour jusqu’à la fin de l’année, menaçant de perturber fortement le pays pour la période de Noël.

Les médias britanniques évoquent un nouvel « hiver du mécontentement » – winter of discontent – en référence au mouvement de grève historique qui avait balayé le pays durant l’hiver de 1978-1979 sur fond d’inflation record. 

Bien que la situation actuelle est pour le moment loin d’atteindre le niveau de cet hiver historique de la fin des années 70, l’Office national des statistiques (ONS) a annoncé que 417.000 jours de travail ont été perdus pour le seul mois d’octobre 2022 en raison des conflits sociaux et près d’un million depuis le début de l’année. Un nombre au plus haut depuis plus de 10 ans.

Centre de tri de Royal Mail où l’on peut voir les colis non-distribués s’empiler, Bristol, Décembre 2022

Début des débrayages en série

Mardi 13 décembre les cheminots britanniques ont à nouveau entamé une grève de 48 heures pour demander une augmentation de leurs salaires impactant très fortement le trafic. Près de 40.000 membres du syndicat ferroviaire, maritime et des transports (RMT) ont participé à la grève qui a été suivie par deux nouvelles journées de mobilisation les vendredi 16 et samedi 17 décembre. La grève a été très suivie, avec un service très limité et aucun train sur certains itinéraires. Le réseau ferroviaire à demandé aux usagers de voyager « uniquement si nécessaire ». Les cheminots se préparent également à quatre journées d’action au cours du mois de janvier.

Au-delà des salariés des chemins de fer, près de 115.000 postiers de l’entreprise Royal Mail ont débrayé ces derniers jours. Les postiers ont réalisé une grève de 48 heures le mercredi 14 décembre avant deux nouvelles journées de grève le 23 et 24 décembre qui devraient impacter la distribution, d’habitude chargée pour la période de Noël, et priver de nombreux Britanniques de cadeaux au pied du sapin. Les postiers ont déjà réalisé plusieurs journées de grève ces derniers mois ainsi que deux journées d’action début décembre avec une manifestation ayant rassemblé des milliers de postiers entre le Parlement et Buckingham Palace le vendredi 9 décembre.

D’ici la fin du mois, les agents de sécurité, le personnel de sécurité d’Eurostar, les bagagistes, moniteurs d’auto-écoles, conducteurs de bus, les travailleurs des autoroutes et bien d’autres secteurs doivent rejoindre le mouvement de grève.

Grève historique à l’hôpital public

Les infirmiers et infirmières d’Angleterre, d’Irlande du Nord et du Pays de Galles se sont aussi mis en grève le 15 et 20 décembre pour leurs salaires ainsi que pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Près de 100.000 membres du personnel de 76 hôpitaux et organisations du National Health Service (NHS) – système de santé publique du Royaume-Uni – ont participé à la grève. C’est la première fois en plus de 100 ans d’existence que le Royal College of Nursing (RCN), plus gros syndicat infirmier du Royaume-Uni, appelle à la grève à l’échelle nationale.

Calendrier des grèves prévues pour le mois de décembre au Royaume-Uni – Source : The Guardian

Le syndicat demande une augmentation de 19 % de salaire pour les infirmiers alors que leur salaire réel a chuté de 20 % depuis 2010 selon des estimations. Au total, la grève a entraîné l’annulation de dizaines de milliers de rendez-vous et de près de 15.000 opérations selon le Telegraph.

Le gouvernement britannique déploie l’armée pour remplacer les grévistes

Pour faire face aux perturbations engendrées par les mouvements de grève, le gouvernement a fait appel à l’armée et à des fonctionnaires pour remplacer les grévistes. Alors que 10.000 ambulanciers sont entrés en grève ce mercredi 21 décembre, pour la première fois en 30 ans, 750 militaires ont été déployés pour conduire les ambulances selon le quotidien britannique The Mirror. Les soldats mobilisés doivent néanmoins respecter les limitations de vitesse et ne sont pas autorisés à griller les feux rouges. Une nouvelle grève des ambulanciers aura lieu le 28 décembre.

« Interrogé le 7 décembre au Parlement, le Premier ministre Rishi Sunak a déclaré travailler sur de « nouvelles lois strictes » pour empêcher les perturbations liées aux grèves. » Photo : Number 10

Des militaires et fonctionnaires ont également été déployés pour remplacer les agents de la police aux frontières. Les agents de la Border Force ont en effet annoncé huit journées de grève entre le 23 et le 31 décembre ce qui devrait perturber les aéroports et ports britanniques et entraîner l’annulation d’une partie des vols pour cette fin d’année.

Non content de mobiliser l’armée pour briser les grèves, le Premier Ministre britannique, Rishi Sunak travaille actuellement sur une nouvelle législation pour réprimer les grèves. Interrogé le 7 décembre au Parlement lors de la session des questions au Premier ministre, le nouveau chef du gouvernement conservateur a déclaré travailler sur de « nouvelles lois strictes » pour empêcher les perturbations liées aux grèves.

Luc Auffret

Photo en une : Glyn Robbins

À lire aussi

1 Commentaire(s)

  1. Soutien aux grévistes. Le prolétariat n’a pas de patrie. Ou plutôt, disons que l’identité première (le rapport social) c’est celle de prolétaire, et vient ensuite la patrie, et ensuite toute la litanie intersectionnelle des autres rapports sociaux.
    (En vrai, deuxième ? troisième ? … je ne suis pas si sûr).

Laisser un commentaire