« Guerre en Ukraine: qui pour stopper l’embrasement ? »Avec J. Baud, N. Mirkovic et D. Teurtrie

Émission du 15/01/2024

Aude Lancelin a reçu Jacques Baud, ex-chef de la doctrine des opérations de la paix des Nations Unies, Nikola Mirkovic, président de l’association Ouest-Est, et David Teurtrie, spécialiste de la géopolitique de l’Est, pour une grande soirée de rentrée autour de la guerre en Ukraine et des menaces qui pèsent sur la paix mondiale. Après deux ans d’un conflit meurtrier, ces trois grands connaisseurs du conflit russo-ukrainien et des stratégies guerrières des États-Unis à travers le monde évoquent ensemble le rapport de forces en cours.

« Guerre en Ukraine: qui pour stopper l'embrasement ? » avec J. Baud, N. Mirkovic et D. Teurtrie
/
À voir aussi
À voir aussi

6 Commentaire(s)

  1. Encore une fois, très bonne émission, où l’on réfléchit … dans le calme. Avec ce plateau, on a le sentiment d’être en compagnie de gens normaux tout autant que savants ; savants, cad ô combien éloignés de l’ordinaire des plateaux mainstream, où se déploie sans cesse la hargne des « hyènes de garde » de la finance française (nota : « Hyène » -tout comme « vipère »- est un mot de « genre » féminin, qui désigne aussi bien des individus de « sexe » mâle que de « sexe » femelle).

    L’affaire ukrainienne témoigne de l’évolution des équilibres civilisationnels du monde. L’impérialisme triomphant des ploutocrates américains est menacé ; ça se fissure; et à travers ces fissures, on en discerne les horreurs cachées : l’entité européenne (l’Europe politique) est totalement gouvernée/dominée par l’Amérique, via l’OTAN, et ceci en plein accord avec les dirigeants européens eux-mêmes. La vassalisation de l’Europe (via ses représentants) est un fait qui n’était pas prévu dans les traités. On n’a pas voté pour ça. D’ailleurs, l’adhésion de la France à l’Europe a été obtenue par une sorte de coup d’Etat constitutionnel, organisé pour contourner notre vote de refus de 2005. En effet, après ce vote de refus, deux ans plus tard (2007), le chef de l’État ET le parlement ont réalisé un véritable « 18 brumaire 1799», non pas contre le parlement (comme en 1799 contre le « conseil des cinq-cents » https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d%27%C3%89tat_du_18_Brumaire ) mais directement contre le peuple de France lui-même. Coup d’État des représentants du peuple (Président et Parlement, droite et gauche confondues) contre le peuple. Du jamais vu en démocratie.

    Ce qu’on nous avait fait miroiter de l’Europe c’était :
    1- une Europe d’Etats-nations indépendants bien que liés contractuellement (quant à la monnaie par exemple, etc ….,) MAIS PAS un Etat-nation européen tel qu’il semble se préparer sous forme de fédération européenne.

    2- une Europe indépendante de toute autre nation ou fédération extérieure, …. MAIS PAS une Europe dépendante et pilotée par la nation Américaine, à travers l’Otan (voir l’épouvantable photo de Biden trônant au centre de l’assemblée des chefs d’Etats européens, sous le prétexte de l’affaire Ukrainienne).

    En gros, en large et en travers, on s’est bien fait baiser.
    On nous a vendu une Europe pour la paix entre les nations, et on se retrouve avec une paix américaine, cad avec une guerre … guerre qui a la couleur du nazisme américano-ukrainien, contre les peuples du Donbass historiquement et ataviquement russes  !!!

    Et aujourd’hui, en France, présidence et parlement se font l’allié de cette magouille euro-capitaliste ! Avec l’approbation de LFI !!! Qui voit toujours en Macron un centriste ! Désespérant.

  2. Débat très éclairant et indispensable. Il permet d’y voir un peu plus clair. Ce qui n’est pas si facile étant donné l’attitude de l’Occident (dont Todd dans son dernier livre évalue la défaite) incapable de se positionner correctement. Après tout, rien de surprenant. Son alignement inconditionnel sur le gouvernement israëlien actuel donne la mesure, pour notre honte, de sa perte totale de tout repère moral. Soyons clair, si l’on veut sortir de l’impasse idéologique inouïe dans laquelle on est plongés et dans laquelle on patoge il faut penser à la solution d’un seul Etat. Si chacun reste là, Bible (ou Coran) dans une main et dans l’autre un fusil automatique on n’en sortira jamais. L a contradiction doit être dépassée par « une idéologie rationaliste, universaliste, ancrée dans les valeurs des Lumiéres », comme l’écrit Zeev Sternhell. Mais voilà « L’introduction d’un néo-conservatisme à l’américaine, fondée sur la loi du plus fort », est bien plus facile pour un Netaniahu et la clique décervelée, qui le soutient, face à une gauche médusée, qui ne parvient pas à surmonter son propre nationalisme.

  3. Un grand bol d’air pur. Pur. Vrai.
    Bien nécessaire et bienvenu pour supporter la pantomime sous stupéfiant de Macron et sa clique de lèche-culs, hier soir, à la téloche.
    C’est dingue que quelques milliardaires parviennent à engendrer « sous eux » une pyramide, une arborescence cumulative de lèche-culs. La merde, leur merde, circule en s’additionnant de haut en bas, comme une valeur ajoutée à chaque nouvelle strate.
    Désolé d’être si scatologique de bon matin. J’ai mal dormi.

  4. Bonjour tout le monde,

    Sur la Palestine, je dirais tout de même que les intervenants ont un peu tendance à oublier que pour fabriquer Israël on a volé la Palestine aux Palestiniens. Et qu’on aurait pu donner aux Juifs la Bavière, comme disait Yasser Arafat en 1974. Aussi, leur solution à deux États, basée sur les frontières de 1967, c’est comme accepter qu’après la deuxième guerre mondiale la France ne soit plus constituée que de la partie sud, sous la ligne de démarcation.

    Au sujet de l’Ukraine, je suis à peu près d’accord avec les intervenants, à part qu’ils oublient que les incohérences de certains hommes d’États s’expliquent très bien si on tient compte qu’ils ont été achetés par la CIA.

    Bien à vous,
    do
    http://mai68.org/spip2

Laisser un commentaire