Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« L’affaire d’Outreau a-t-elle livré tous ses secrets ? » avec Jonathan Delay

Émission du 29/03/2021

Elle a bouleversé l’opinion publique au début des années 2000 : l’affaire de pédocriminalité d’Outreau a-t-elle livré tous ses secrets ? Aude Lancelin reçoit Jonathan Delay, victime d’Outreau, à l’occasion de la sortie de son livre: « Au-delà de l’irréparable ».

De la même émission
À voir aussi

4 Commentaire(s)

  1. Jonathan Delay est bouleversant, d’une gravité vertigineuse ( il paraît se cramponner à un appui réel ou mental, on le ressent et ce vertige devient un peu le nôtre ) après ce qu’il a vécu.
    Ses parents incestueux sont responsables et coupables. Vouloir changer de nom, abandonner celui du père, comme on change de peau, on comprend qu’il l’envisage et lui souhaite une vie neuve.

    Florence Aubenas que j’avais lue, avait écrit alors un livre indispensable pour la réhabilitation des condamnés, en replaçant les manipulations parentales ( et leurs mensonges que les enfants reprenaient par dépendance à leurs père et mère ), au centre du jeu. Le rôle du juge fut d’ailleurs plus que sujet à caution, lui-même s’étant fait manipuler par mme Badaoui, et on ne peut pas parler de « lynchage » le concernant vu les dommages que son action a provoqués.

    Il était légitime que les accusés soient indemnisés pour le temps qu’ils ont passé en prison, l’opprobre enduré, les dégâts familiaux et personnels subis au nom de crimes dont ils ont été reconnus innocents.
    Mais indemniser bien plus haut qu’ils ne l’ont été, les enfants victimes aurait dû être une autre priorité, visiblement pas prise en compte par la justice, car l’affaire d’Outreau a été ravageuse. J. Delay qui s’en est sorti douloureusement, on le voit, offre un modèle de ce que l’écoute, la réflexion et les soins ( on le suppose ) peuvent opérer.

  2. Où l’on croit comprendre que l’avocat de la défense Dupont Moretti, au tribunal, abuse de sa position dominante pour intimider les jeunes enfants victimes ; les plaignants.
    C’est odieux car ce sont justement les pratiques qu’utilisent les pédophiles avec ces mêmes très jeunes enfants.
    Il faut savoir s’inspirer des méthodes d’expert, n’est-ce pas !?
    Honteux ! Le respect, la présomption d’innocence existe pour les accusés, mais pas pour les victimes ??? On aura tout vu !!!

Laisser un commentaire