Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

L’union peut-elle vaincre Macron ? – Pas de Quartier Avec Stathis Kouvélakis et Olivier Berruyer

Émission du 03/05/2022

À peine la présidentielle terminée, qu’une nouvelle stratégie s’installe à gauche pour les législatives. Aude Lancelin a reçu Stathis Kouvélakis, philosophe, et Olivier Berruyer, fondateur du média Élucid, pour penser l’après-présidentielle et les forces politiques de ce début de quinquennat lors d’une grande discussion. Quelle sera la stratégie de ce second mandat pour Emmanuel Macron ? L’union des gauches, solidifiée par le récent accord France insoumise-EELV, portera-t-il Jean-Luc Mélenchon à Matignon ? Réforme des retraites, Union Européenne: comment le président compte-il pousser son agenda libéral dans un climat social des plus hostiles ? Nos deux invités décryptent cette période politique intense sur QG !

À voir aussi
À voir aussi

12 Commentaire(s)

  1. Échange remarquable 🙂
    Le « tiers exclu » s’est invité, ( par nos voix au 1er tour et abstentions au 2ème, et une statégie d’union qu’on salue ! ), dans la campagne.
    3ème tour électoral en vue : https://twitter.com/achabus/status/1524504440572686336?s=20&t=tRqKoEZIUVinAykiz7P-CQ
    Vigilance sur toute déstabilisation et il ne va pas en manquer dans le mois, et ce dores et déjà …
    Sachant qu’un très grand nombre de politiques soutenus par « leurs » médias vont tout faire pour barrer la NUPES qui est notre programme pour les LÉGISLATIVES.

    1. Pour visualiser l’attaque contre la NUPES, voici le propos de l’élu du second tour, ( amplement par barrage anti-RN ), lisible dans le tweet : « ceux qui voudraient rejouer aux législatives ce qui a été tranché à la présidentielle », dit-il, désignant, sans la reconnaissance du ventre 😉 , ceux qui ont fait sa réélection. 😉
      Or, précisément rien n’est tranché !, les LÉGISLATIVES ne sont pas une chambre d’enregistrement ( elles l’ont été, hélas, en 2017… ) mais une autre élection qui ne colle à la présidentielle que par l’inversion ( invention calamiteuse de Jospin ) du calendrier.
      Il faut faire entrer le plus grand nombre de députés de la NUPES à l’Assemblée et, si possible, la MAJORITÉ.

      p.-s. merci à QG d’avoir pris en compte la demande de rectification de nos commentaires avant publication, que je m’applique sur le champ. 🙂

  2. De Chevènement à Muselier, etc…. où est le problème ? La logique ? Vous semblez avoir loupé un train: ces gens là sont au courant qu’ils n’ont pas de réel pouvoir, qu’ils sont des guignols priés d’appliquer les décisions de la commission européenne, comme (vous) l’a bien montré la gestion de la crise COVID. Ils sont d’accord, ils ont changé d’époque; ok pour le parti unique qui ne dit pas son nom, du moment que c’est la condition pour avoir leur part du gâteau.

    Démolir les acquis du CNR ? C’est déjà fait pour l’essentiel; c’est du passé; au moins 1/3 des électeurs l’ont compris, ils ne votent plus car leur vote n’aura aucune prise sur la politique. Réécoutez Todd, la question s’est déplacée vers l’Europe.

    Je ne crois pas qu’ils ont peur….
    La colère monte ? Des manifestations dans la rue? Pour quoi faire… oui, bon message à faire passer Mr Berruyer; oui c’est du passé il faut trouver autre chose. Et oui, c’est trop dangereux !
    Des manifestations « de masse »! Bien sûr, vous êtes prêts à vous battre, vous? dans le grand style des manifs de l’après guerre…. jusqu’au dernier ouvrier !!!??? Mais voyons, en face, ils n’hésiteront pas, un coup de pass sanitaire avec un nième variant, une grosse frayeur orchestrée par les media sur fond de guerre en Ukraine, et tout rentrera dans l’ordre: la majorité des gens sera tétanisée sur commande; ils sont abrutis devant leur poste, le cerveau lavé quotidiennement en jaune et bleu, ou hypnotisés par une image de seringue.

    Ce qui crève les yeux, c’est que l’Europe est elle même pilotée par les américains. Comment faites vous pour discuter de la situation actuelle sur un mode franco-français, sans dire un mot de la guerre en Europe ? Vous avez loupé un épisode. On est en mai 2022, après le 26 février.

    1. Je suis d’accord avec toi, le problème n’est plus franco français mais bien Européen et Mondial. La géopolitique Mondiale change très rapidement, la vieille Europe tente de « résister » à ce changement hégémonique en durcissant ses politiques avec une arrivée flagrante de nèo fascisme larvé (voir politique des Pass multiples liberticides) associé à un ultra libéralisme totalement destructeur de tout service public.
      Mélenchon, là dedans, je ne vois vraiment pas ce qu’il pourrait faire sans FREXIT immediat! Et encore….
      Donc, moi, perso, je n’y crois pas une seconde, par contre on va en baver dur pendant la prochaine décennie…

  3. Ces deux personnes n’ont visiblement pas pratiqué le porte-à-porte. Les rencontres durant ces opérations, exprimaient pour une partie non négligeable un démobilisation flagrante de personnes se basant sur les sondages pour nous dire : « c’est mort !, Macron sera élu », « ça ne sert à rien d’aller voter », … Le maintien de JLM en dessous de 10% durant des mois, la sous-évalutation de 5% à la fin, ont eut un impact, pour moi, évident. Pas à la marge comme le dit l’une des deux personnes. Quel serait l’intérêt demande l’un des deux. Je suis effaré qu’ils ne voient pas les effets de ces affichages de mauvais sondages : la démobilisation !
    les sondeurs étant les copains, quand ils ne sont pas les mêmes, des propriétaires des mass-medias,au service du bloc bourgeois ont réussi leur coup. il leur importe peu qu’on critique les sondages, pour eux, c’est secondaire, par rapport à la réussite du duel tant voulu, tant organisé. Vraiement désolé de ces discours (je ne suis qu’au début de l’écoute, mais franchment, ne pas voir cela, ça discrédite un peu la qualité de leurs discours). je vais néanmoins continuer.

    1. Salut à toi André Philippe !

      Avec un blaze pareil, pas étonnant que tu reproches à ces deux lads de ne pas avoir « fait de porte-à-porte ». 🤣 Nulle offense de ma part, c’est un ancien missionaire qui a tapé la discute sur les trottoirs de Paname, de jour comme de nuit, pendant 30 ans qui parle, et qui connaît mieux que personne la richesse et les délices de la rue.

      《La rue c’est Spécial !》 Comme me le jetait à la gueule un jeune blako lors d’une virée nocturne dans mon ancien quartier pour prendre la température de la Capitale. J’ai migré depuis vers les « Territoires » pour retrouver Terre Mer et ses senteurs balsamiques iodées mais j’ai gardé de la grande ville la chaleur de son bitume et la flamme de sa vibe.

      Ces deux là ne sont pas représentants d’un parti et ne sont pas VRP de leur personne pour briguer un mandat de manant. Ce sont deux intellos de haut vol qui fréquentent davantage les mots pied de fer et les chiffres en barre des experts que la verve en frappe et les bizbilles d’humeur des zonards. On peut le regretter en effet tant on sent dans leur langue le lacet des pouvoirs, pouvoirs si éloignés de la rue que leurs tenanciers en viennent à gazer, mutiler et verbaliser ceux qui la prennent pour manifester et rappeler au sommet que la Vie est en base. Mais on a quand même là affaire à deux esprits aiguisés qui plongent leurs lames dans la plaie à leur manière et qui, là où ils se tiennent, tentent un diagnostique pour que cesse l’hémorragie plebéienne.

      Alors si je me permettre un petit mot amical, 《continuez d’ecouter》 comme vous vous le dites. Comme tout ce que nous offre QG, vous avez là l’occasion d’écouter des voix devenues rares dans les medias déversoirs. Libre à vous ensuite d’en penser ce que vous voulez… et de nous l’offrir en partage. QG c’est plus qu’un média…. c’est aussi une petite communauté. Et ici en bas de page, c’est un peu comme sur le trottoir… ou le pas de porte,,, À vous de voir !

      Au plaisir de vous lire cher André… ou est-ce Philippe ? Qu’importe puisque les deux avaient en commun d’aimer marcher pour aller à la rencontre de l’Autre et parler…

      Salutations,

      Eric D.

      1. Je suis abonné et soutiens QG, car voilà une voix qui nous apporte beaucoup. Mon propos était juste de marquer mon désaccord avec l’analyse des 2 intervenants à propos des sondages. Cela m’aurait intéressé d’avoir une (ou plusieurs) réaction(s) sur ce désaccord. Pour moi, il y a eu manipulation des sondages, il y avait intérêts à le faire, et tout cela a eu des effets sur les résultats. (à mon humble avis bien sûr). André est le prénom, PHILIPPE est le nom, c’est pour cela que j’écris mon nom en majuscules.

  4. Sauvé par le gong. Harassé par une journée de travail, c’est la notification du fil telegram de QG qui m’a rappelé le démarrage de ce direct passionnant porté par des intervenants de qualité. La pertinence de propos et la justesse de certaines analyses m’ont fait oublier la fatigue. On comprend mieux au sortir de cet entretien pourquoi Mélenchon et la gauche en général n’ont pas pu ou su rassembler suffisamment les forces populaires du pays en une force politique capable de l’emporter face à la Macronie libérale soutenue par la Finance Mondiale.

    Dans une France désindustrialisée, 70% des classes populaires et ouvrières, celles qui subissent de plein fouet les revers de cette économie devenue mondialisée et qui ont majoritairement migré vers les « Territoires » (j’aime ce mot qui évoque « l’indigénat » et sa sauvagerie native), ont voté Marine Le Pen, séduites par les discours xénophobes qui stigmatisent les populations d’origine étrangère comme cause fantasmée de ses problèmes, alors même que le programme du Rassemblement National satisfaisait davantage aux exigences du « Capital » qu’à celles des classes travailleuses elles-mêmes, dixit Kouvalékis.

    Bref, la gauche a perdu la confiance de son socle historique à cause de ses trahisons successives, celles du PS en tête, et concentre désormais son électorat dans les grandes villes et leurs périphéries, portée par le déclassement d’une certaine jeunesse, la situation des banlieues et l’écologie. Si espoir il y a, ai-je entendu, il gît dans le réveil de ces classes populaires en déshérence, qu’une vraie gauche devrait pouvoir susciter en faisant prévaloir et en revenant à son ADN. Et ce d’autant que la Macronie, minoritaire face aux blocs extrêmes en progression, tremble devant l’éventualité d’une défaite aux legislatives, voulue par la majorité des Français.

    Reste qu’une victoire politique sortie des urnes suffira t-elle à changer la donne ? Comme l’a rappelé Stathis Kouvalékis en évoquant l’expérience de la Grèce aux prises avec les directives de l’UE, après la prise de pouvoir par la gauche radicale de SYRIZA, les véritables noeuds qui enserrent les peuples sont coulés par les puissances d’argent qui tiennent les pays en laisse par l’entremise de la monnaie et de la gestion de la dette.

    « Le Grand Capital » n’est plus d’investissement productif. Il est aujourd’hui déconnecté de la valeur « Travail » et des hommes. Il vit de la spéculation sur les mouvements de fonds à l’échelle monde, et ne voit dans les nations et leurs économies, que des occasions de mises transitoires pour accroître son profit, et robotise à tour de bras la production pour se passer des hommes quand ils deviennent une force sur laquelle ils doivent compter.

    On voit là se dessiner un paysage de lutte inévitable sur fond de crise certaine. Et ce n’est pas la gloire passée de la France qui lui permettra de faire prévaloir ses vues et volontés face à des instances et corporations internationales qui ont mis les États et les gouvernements à leur botte après la crise des subprimes (2008) et ont ensuite surenchérit dans leurs manœuvres malignes que l’on a vu eclater à la face du monde avec la crise Covid. Tout l’enjeu politique est là. Comment faire face à cette vassalisation des pays et des peuples par une poignée de financiers avides hors-sol, dans un contexte mondial d’interdépendance généralisée où se propage le spectre d’une troisième guerre mondiale de surcroît ? Par le réveil des peuples eux-mêmes et leur union dans une sorte de « nouvelle internationale » ?

    Il a fallu près d’un siècle après la Révolution Française qui a accompagné politiquement la Révolution Industrielle naissante, pour donner aux masses laborieuses la conscience d’une classe internationale (non sans écarter certains courants de lutte soit dit en passant), apte à lutter contre son exploitation par le Capital. Combien de temps faudra-t-il de nos jours aux peuples, pour prendre conscience de la nécessité de recouvrer ensemble leur souveraineté (sans écarter aucun d’entre eux cette fois-ci), face à des forces qui, en plus de les diviser, de les soumettre et de les exploiter, les conditionnent à s’auto-conditionner à être divisés, soumis et exploités ?

    Quoi que l’on puisse dire de la France, elle garde à mon sens toute sa place dans ce combat qui ne peut s’envisager que sur la durée. Avec le temps, on se rendra compte que le surgissement des Gilets Jaunes aura été l’annonce d’un signal d’alarme envoyé au monde et l’amorce d’une reprise en main de leur destin par les peuples eux-mêmes, avec ces mots clés, « unité » et « souveraineté ».

    Nous n’en sommes qu’aux soubresauts, que l’on peine à saisir de surcroît faute d’un véritable socle de pensée qui nous sorte des vues et conceptions actuelles héritées de et épuisées par l’Histoire. Mais les ferments de ce socle sont en germe. Ils bouillent dans les cœurs, remuent dans les entrailles et font trembler de leurs secousses les pouvoirs. Quand ils exploseront, ce sera pour se répandre en lave. Comme le rappelait Annie Lacroix-Ruiz l’automne dernier sur cette même antenne, nous vivons une ère de « volcan ». Qui peut prédire une éruption et en connaitre par avance les déversements et les renversements ? Personne et encore moins ceux qui nous dirigent ou briguent le sommet de la pyramide. Bien au contraire, puisqu’ils forment ensemble le couvercle qui doit sauter pour libérer ces forces nouvelles aujourd’hui encore invisibles et innommées, que l’on peut seulement sentir, remuer et trembler.

    Ps. Note personnelle à QG. Je viens de tester la fonction « cliquez pour modifier ». Top ! Merci

  5. Merci pour cette rencontre passionnante, avé une vraie journaliste qui écoute et laisse parler ses invités.
    Les analyses de ceux-ci sont très pertinentes et surtout raisonnées .
    On termine sur une note d’espoir d’éveil du peuple français sur cette mascarade de démocratie….
    J’ai hâte de voir l’entretien avec Monique Pinçon-Charlot .

  6. comme le signale Micouleau,j’avoue que je crois à cet espoir fragile, si fortement présenté ici comme un* INCONTOURNABLE CHEMIN ,,,

    * incontournable ?
    SI??? effectivement le peuple y vient de sa patte, de sa marche libre et active par son soutien !! (voyons voir bientôt la suite des événements !!)

    j’ai eu joie à rencontrer nos deux amis du soir, Olivier Berruyer et Stathis Kouvélakis ,passionnants chacun avec leurs façons d’etre sur le plateau de ces échanges avec leurs fougues et leurs libres paroles ,,!

    merci Aude qui de son engagement pour et par Qg apporte une vision AVEC des hauteurs de propos, de discours et des affirmations de la situation……………………;;et ceci grace non seulement à leurs compétences et connaissances du terrain …………………….;;
    ,mais aussi grace à leur générosité à pouvoir ouvrir à chaque UN le sentier de la pensée

    belle suite des jours à Tous,,
    dameB

  7. On est peut-être entrain d’assister à un grand basculement, sont les derniers mots de cet entretien, arrêtons nous sur eux. Le moment est crucial, historique, l’alternance est peut-être au bout du chemin,, Grâce aux élections législatives et aux mouvements et soutien des masses populaires, pour que cela, enfin soit possible.. L’ espoir à nouveau fragile , mais réel.
    Magnifique émission, analyses impeccables et imparables. Merci d ‘avoir réuni Olivier Berruyer et ce personnage si étonnant et passionnant que Stathis Kouvélakis. Nous étions en très bonne compagnie et cette heure un pur bonheur d’avoir eu le privilège d’y assister..
    Aude merci pour ce moment, rare.

Laisser un commentaire