Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« Pourquoi censurer la parole sur le Covid ? » – Quartier Interdit avec Louis Fouché

Émission du 27/01/2021

Aude Lancelin a reçu Louis Fouché, médecin réanimateur à Marseille, porte-parole de Réinfo Covid pour deux heures d’entretien. Au programme : la gestion sanitaire du Covid, le confinement, le vaccin ARN messager, nos peurs, notre avenir.

De la même émission
À voir aussi

18 Commentaire(s)

  1. Louis Fouché doit déranger non seulement par ce qu’il énonce mais par la façon dont il l’énonce et par son extrême ouverture au dialogue. Cette attitude positive et constructive doit être désarmante pour des adversaires obtus, aux positions rigides et inébranlables. Ces dernières se trouvant par là sans voix, voire ridiculisées.. Elle l’est tout autant contre des discours de maitrise et de pouvoir. En ce sens aussi, Louis Fouché est par là aussi très pédagogue. Et c’est un merveilleux appui en ces temps si sombres…

  2. C’est pour ma tranquillité d’esprit .
    2 heures que l’on ne voit pas passer
    .son programme détaillé.
    Pourquoi des fautes se faufilent-elles ainsi ,pour me contrarier malgré, bien souvent, une relecture?

  3. Salut Aude,

    Merci de tout coeur d’avoir donné la parole à un soit-disant « rassuriste », soit-disant « complotiste ».

    Depuis un an, le VRAI combat est là :

    Le coronavirus sert d’excuse au pouvoir pour fonder la grande peur.

    La distanciation sociale, c’est le contraire de la lutte de classe.

    Si la gauche et l’extrême gauche a été lamentable lors de ce combat, c’est dû à une trahison de Mélenchon :

    http://mai68.org/spip2/spip.php?article6682

    Le but du pouvoir avec la grande peur n’est pas seulement d’éviter la lutte de classe. Il est de faire une guerre sans guerre pour favoriser le banco-centralisme. C’est expliqué presque complètement aux liens suivants :

    http://mai68.org/spip2/spip.php?article7169

    http://mai68.org/spip2/spip.php?article7752

    Il est indispensable de lire aussi les encadrés et les commentaires en dessous des articles.

    J’ai tout à fait conscience que l’étude de ces deux liens est très longue. À toi, et aux lecteurs de ce commentaire de voir si ça vaut le coup.

    Bien à toi,
    do
    http://mai68.org/spip2

  4. Passionnant et très enrichissant cet entretien mené brillamment par Aude Lancelin! Bravo à QG d’avoir abordé frontalement le sujet de la Covid avec Louis Fouché, brillant activiste qui remue nos neurones et ouvre les portes de nos esprits enfumés par ce gouvernement diabolique à tendance totalitaire . Merci. C’est exactement ce que j’attends d’un média de gauche libre et contestataire. BRAVO

  5. J’ai aussi visionné cette émission avec un grand intérêt, et heureuse que la parole soit donnée à Louis Fouché, en lui accordant, une plage de presque 2 heures, que l’on ne voit pas passée, pour qu’il puisse développer et expliquer, sans être interrompu, son programme détaillée et argumenté.
    Ici on a pu parler sans problème et ricanement, du Pr Raout, du Dr Péronne, en respectant l’avis de chacun. j’ai également pensé à un certain Etienne CHouard, qu’on a excommunié, ce personnage a pourtant, je trouve, peut-être à tort, des points communs avec ce que dit Mr Fouché. J’ose à peine le dire. .( Rappelons-nous l’affaire Chomsky, pour laquelle il à été censuré en France, et traité d’antisémite !).
    On ne peut plus rien dire, on ne peut plus débattre, s’opposer est un crime…. Comment avancer, partager, comprendre, évoluer, apprendre , c’est impossible.
    Tous les commentaires sont enrichissants et je savais qu’ici j’allais les trouver, hors la polémique inutile, désastreuse qui empêche d’affronter les vrais sujets, avec réflexion, recul et intelligence. Merci Aude de nous proposer chaque fois cette qualité. Nous en sortons plus forts.
    Osons nous exprimer et écouter les autres, pour trouver, une porte de sortie vers un monde plus juste pour le plus grand nombre.
    Merci à Ainuage, pour son analyse. .

  6. Vraiment une excellente idée d’avoir invité cette personne qui fait débat. Mr Fouché se révèle une extraordinaire personnalité, souvent attachante (bien qu’il y ait à dire …), loin de coller tout à fait à son image superficielle. Le mean stream officiel – ou underground – se charge apparemment de lui tailler un costard sur mesure. His tailor is rich and nasty (son tailleur est riche et méchant).

    Que QG fasse de l’information sérieuse en marge de son cœur de conviction me parait plutôt positif, moi qui ne regarde quasiment plus, depuis 20 ans, les chaines (et journaux) grand public. Le monde est un grand système, nos convictions sont des petits systèmes : il faut chercher les porosités qui laissent passer la lumière et le son entre les deux ! Ici, QG a su « faire parler », mais aussi a su « interpeler » l’invité ; tout cela avec le respect dû à un invité ; loin de la haine rémunérée et « spectaculaire » de certaines chiennes de garde de certaines chaînes télé. Sauf erreur, la haine, ou plutôt la colère, c’est pour les commentaires, pas pour le plateau. Chacun son boulot.

    Faire parler mr Fouché consiste à le laisser parler. Pour le faire taire, là, il faut l’interrompre ! Son discours politique consiste essentiellement à mettre en garde contre l’ambition totalitariste supposée du gouvernement, totalitarisme dont le confinement serait un procédé préparatoire. Ce discours est émaillé de très nombreuses références scientifiques et culturelles.

    Les questions difficiles et piégeuses (mais légitimes) posées par Aude (« qu’auriez-vous fait à la place du gouvernement ? ») n’ont pas fait l’objet d’évitements, ce qui est extrêmement rares ; et les réponses ne paraissent pas déconnantes. Plus qu’un politique, on sent un médecin au top, très au point, qui a de la matière, du répondant sous la main. Cependant, difficile pour le pékin moyen de se faire une opinion vraiment tranchée, entre tous les discours scientifiques discordants de la planète terre. On n’a pas vraiment confiance mais on est obligé de faire confiance !
    Y’a des pékins qui parlent de négliger les plus de 80 balais pour permettre le déconfinement : !!!!!!!!!!????????????

    Mr Fouché revendique certes fortement une scientificité, mais il a su sortir aussi de cette scientificité en affirmant les conflits d’intérêts au niveau des organes décisionnaires médico-politiques. Et là, nous le croyons tous volontier : c’est une évidence, mainte fois affirmée et même démontrée. La réponse des contrevenants est connue : « il est normal que l’on ait des contacts avec l’industrie de la recherche et de la production médicales». Et c’est vrai. C’est normal en effet, car c’est là, dorénavant, que se situe le « savoir ». La recherche publique est morte. Et ça, c’est avant tout un choix politico-financier avant d’être scientifique. Le problème n’est en effet pas « l’obscurantisme contre la science », mais plutôt « la richesse contre la pauvreté ». Oui, ces conflits d’intérêts sont complétement intriqués avec la question politique de l’organisation de la production, cad de la structure et du fonctionnement du système de production des biens de consommation mondial, qui aboutit à l’augmentation délirante des inégalités dans le monde. Le problème c’est que cette industrie de la recherche et de la production est pilotée par « les profits et les profiteurs », par « la concurrence et les concurrents », plus que par « l’intérêt des produits et des producteurs ». Mr Fouché doit savoir qu’il existe une « industrie du mensonge » qui permet de camoufler tout cela, et de produire de faux essais-cliniques, de fausses preuves d’écologisme industriel, pour semer le doute et fournir un appui à leurs délégués dans les instances publiques de décisions. Ils sont très forts ces puissants.
    ( https://journals.openedition.org/lectures/9322 )

    Le problème le plus ennuyeux en fait, chez mr Fouché, c’est qu’il n’a pas d’approche vraiment politique (tout comme Raoult et Peronne, deux autres personnes forts sympathiques et courageuses) ; en bon scientifique, il reste dans la science y compris pour instruire son approche du règlement de tous ces problèmes. Ce qui fait que son mouvement est perméable à tous les entrismes, tous les opportunismes : de droite et de gauche. Et il le revendique : tout le monde peut être accueilli dans son mouvement ; c’est ouvert à toutes les personnes de bonne volonté ; comme l’abbé Pierre. En effet, la science n’a pas de parti ; elle est « une » et « égalitaire ». Mais constater « tous ensemble » qu’il y a des conflits d’intérêts, n’assure pas une position politique claire, homogène et forte : par exemple, de nombreux courants de droite et de gauche croient sincèrement à une amélioration « libérale » de cette perversion systémique de droite qu’est le conflit d’intérêts. Le populisme de droite est là-dedans, qui s’alimente lui de l’idéologie (la croyance) de la pureté initiale de l’individu, pureté corrompue par la mondialité : pour certains d’entre eux, ce sont les contacts avec les individus « de l’ailleurs », qui contaminent la pureté « première » des individus de l’« ici ». Pour le populisme de gauche, au contraire, il faut modérer simplement les appétits « naturels » de l’homme dans le capitalisme, faire de l’éducation, mettre en place des comités d’éthiques, des règlements, des recommandations, afin de contenir ces appétits qui sont ce qu’ils sont depuis la nuit des temps cad autant de la nuit phylogénétique qu’ontogénétique.

    En fait, mr Fouché comprend les rapports entre les hommes avant tout comme des rapports psychologiques, des relations humaines, relations régies essentiellement par la « nature humaine », nature humaine appréhendée aujourd’hui dans les sciences du relationnel qui sévissent dans la cité (développement personnel, théorie de l’attachement, de la résilience, …le tout Cyrulnik en quelque sorte, avec le grand vrac freudien) et dans le monde du management (de nombreux outils de « prêt à penser » que cite mr Fouché sont utilisés dans le management industriel ….). Dans ce monde-là, la notion de rapports sociaux, la notion d’acteur est absente, ou si elle est nommée c’est dans le sens du « sujet », du « sujet agissant », celui de l’existentialisme, de Heidegger, qui ne veut pas entendre parler du « on ». Or, un sujet agissant n’est pas un acteur.

    Rien, mais vraiment rien de plus erroné que de croire que la « bonne » psychologie et la « bonne » philosophie – celle par exemple de la philosophie du dialogue de cet (!) Habermas – vont permettre un quelconque changement dans les rapports sociaux, cad permettre à la classe des producteurs, des salariés, de faire « sa » loi économique. Seule la science de l’Histoire (cad science des réalités sociales et non pas science des individus) peut permettre de comprendre et d’agir sur les problèmes catastrophiques qui se posent à nous : essentiellement pauvreté et déclins écologiques.
    Quelques aphorismes étonnants de mr Fauché :
    – « la prudence c’est bien, la peur c’est mal »  ben non, les deux sont utiles parfois, et je dirais même que c’est quand on connait la peur que vient la prudence.
    – « quand on dialogue, il faut être prêt à changer »  diantre, non, et je dirais même que quand on dialogue il faut aussi être prêt à ne pas changer.
    – Et « ensemble on est plus fort »  oui, d’accord, mais c’est pas nouveau, et je dirais même que quand on est nombreux mais pas du même avis sur tout, ça peut être un handicap : les GJ, nombreux, n’arrivent pas à exister politiquement.

    En conclusion, il me semble que pour « changer l’Homme », pour « faire un Homme nouveau », il ne faut certainement pas agir sur l’homme via la psychologie. Il faut agir sur l’organisation sociale matérielle qui met les humains en rapport les uns avec les autres. La seule façon de changer l’homme dans un sens favorable à l’avenir de l’humanité (car il y a urgence), c’est de l’inclure dans une organisation sociale :

    – qui ne met pas au centre le profit privatisé, profit tiré de la consommation, de la concurrence, et en final de la plus-value sur le travail.
    – dans laquelle l’accumulation du capital et les moyens de production seront dans des mains « publiques » uniquement (et non pas seulement collectives).
    – dans laquelle l’ensemble des producteurs possèdera et se partagera équitablement l’ensemble des productions.

    Ca s’appelle le communisme. Certains n’aiment pas !

    1. Concernant l’industrie du mensonge ( https://journals.openedition.org/lectures/9322 ) souvenons-nous de la rumeur qu’avait fait circuler l’industrie pétrolière et automobile à propos des particules fines émises par les moteurs diesel : c’était les feux des cheminées et des poêles d’habitations qui provoquaient la pollution aux particules de l’air, pas les moteurs diesel.
      Il suffit de faire du footing à la campagne pour ressentir la différence entre traverser un nuage de gaz d’échappements de tracteur et un nuage de fumées d’un foyer d’habitation ! C’est le jour et la nuit en termes d’impacts sur la respiration.

        1. Personne d’électoralement crédible actuellement.

          Certes l’extrême gauche est la plus proche idéologiquement, mais elle ne parle que du travailleur et du patron, mais jamais du citoyen cad de la vie hors-travail, cad des autres conditions que celles liées au rapport de classes.

          Electoralement, je vote Mélenchon car il peut apporter beaucoup aux plus modestes citoyens, sans cependant bouleverser beaucoup les rapports de classes. En bref, je choisis le meilleur des crédibles électoralement.

  7. Enfin ! Un media indépendant et de gauche qui ose parler d’autre chose que du retard vaccinal et autres balivernes pour nous endormir.
    Je suis consterné par le manque de critique , en dehors des défaillances d’organisation.
    Que ce soit la france insoumise, le monde diplo, la bas si j’y suis, le media personne n’ose donner la parole aux alternatives critiques. Comme si c’était une faute ou un manque de sérieux.
    Je vous remercie beaucoup Aude Lancelin pour ce courage .

    1. Merci à vous Gilles de dire exactement ce qui me traversait l’esprit en regardant cette interview et merci à vous Aude.

      Une fois de plus, comme pour les gilets jaunes (vous avez été la première dans les médias de gauche à leur donner la parole) vous avez compris les enjeux. Cette crise sanitaire devient une crise éminemment politique de privation de liberté de toute sorte (de circuler, de parole…) et de mise en place d’un état extrêmement autoritaire et liberticide pour un virus pas si dangereux que ça pour une bonne part de la population.
      Merci de donner la parole à Louis Fouché. Son intelligence et son humanisme sont profonds et ses mots sont de fenêtres qui apporte un air frais au milieu des mensonges des médias mainstream..

      1. Merci Gilles et marie-ange, vous avez exprimé exactement ce que je pense; Il était en effet largement temps qu’un média de gauche
        s’empare du sujet. De quoi la gauche de gauche a -t-elle peur? Elle est tétanisée et laisse le champ libre à l’extrême droite alors qu’il y aurait tant à dire et à faire, en réalité peu nombreux sont ceux qui se soucient vraiment de notre santé physique, mentale et collective. Comme le dit Louis Fouché, il s’agit de se demander dans quel monde on veut vivre.
        Bravo pour ton courage Aude, du coup je me suis réabonnée.

        1. Je suis bien d’accord avec vous deux. Comme pour les gilets jaunes on laisse un boulevard a l’extrême droite.
          Je suis un électeur de la France insoumise (je fais exprès de ne pas dire de Mélenchon car je vote pour un programme ) et je suis complétement désorienté par leurs positions (même Ruffin ).
          Je crois qu’une fois de plus ils ratent le moment. A force de vouloir êtres sérieux et recommandables ils en perdes le regard critique. Pourtant il y a vraiment de quoi douter et le moment et a haut potentiel de dangerosité.
          Espérons que nous seront suffisamment nombreux pour les interpellés.
          En tout cas merci a vous aussi, ça fait trop plaisir de partager .

Laisser un commentaire