Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« L’homme qui murmure à l’oreille des Gilets Jaunes » – Quartier Jaune avec Fabrice Grimal 05/03/2020

Émission du 05/03/2020

David Libeskind a reçu Fabrice Grimal, auteur d’un essai prémonitoire, « Vers la révolution. Et si la France se soulevait à nouveau », paru début 2018.

De la même émission
À voir aussi

4 Commentaire(s)

  1. Mode humour : certains « posteurs » se sont émus de l’intitulé de cette vidéo (le rapprochement « Gilets Jaunes »-« Chevaux » leur parait un peu léger). Peut-être qu’un autre film intitulé « On achève bien les chevaux » a servi d’embrayage à l’auteur vers le film « l’homme qui murmure à l’oreille des chevaux ». Car, pour chercher à les achever les GJ, Casterner et Macron sont là, et bien là !

    Quant au murmure, je vous propose cet extrait d’une sorte d’homélie (du Frère Jean-Pierre Mérimée) que j’ai reçue suite à mon inscription à l’opération « Carême dans la ville » sur la toile ( https://careme.retraitedanslaville.org/meditation/162?utm_campaign=meditation_08_03_2020&utm_medium=email&utm_source=newsletter ) :
    « grâce à sa marche sans parole, au murmure de la nature, une écoute nouvelle se développe et elle se met à entendre Dieu lui parler… Insensiblement, elle entre dans cet échange vrai, dans cet accueil de la Parole pour tous, ouvert à qui a l’oreille assez fine pour entendre « le murmure d’une brise légère » par lequel Dieu s’est adressé à Élie autrefois. » (La marche sans parole, c’est la marche vers Compostelle).
    Comme on le voit, les murmures cohabitent et ne se ressemblent pas ! La lutte ou la prière ! Le sabre ou le goupillon !
    Chers frères, je vous laisse à cette méditation.

  2. Très bon échange. David Lib a été bon sur cet entretien, en relançant et en insistant sans excès sur certaines questions (que feriez-vous si …). En insistant trop il ferait du Bourdin (ou l’avocat à charge)(changer de métier, c’est dur).

    Concernant Mr Grimal, chapeau ! il est transparent sur son parcours atypique de la droite vers la gauche populaire.
    J’ai noté qu’il constate que dans son école (ESSEC), les élèves d’origine ouvrière adoptaient les attitudes de leur classe de destination (bourgeoisie) et que les élèves d’origine bourgeoise étaient plus ouverts à la contestation. Personnellement, je constate aussi avec désespoir que les fils d’ouvriers parvenus (trans-classe), sont les pires soutiens (lèche-cul) à la classe dominante : leur discours tourne toujours autour du mérite : « regarde ! moi, en bossant, je suis arrivé, donc les autres, ils n’ont qu’à bosser » (sous-entendu : « je suis aussi vachement intelligent »). Actuellement, l’ascenseur social allant décroissant (apartheid), il n’y aura bientôt plus de fils d’ouvriers dans les grandes écoles : la bourgeoisie va perdre beaucoup de supporters !!!!!! Tout cela est navrant.
    Fabrice analyse bien la question des militaires dans une révolution ! Pas de révolution sans prise d’assaut préalable des armureries !
    Idem sur la figure institutionnelle du chef en France (et ailleurs). Sur la question de la verticalité (dont le chef fait partie) voir aussi Lordon avec son Vivre Sans ( https://livre.fnac.com/a12680289/Frederic-Lordon-Vivre-sans ) sauf que Lordon n’a pas osé aborder vraiment la question du chef, alors même que c’est l’idée de subordination à l’autorité intuitu-personae qui provoque les plus violentes crises allergiques chez les anarcho- xxx (« ni dieu, ni maître »).

    Il faut remarquer que les gilets jaunes partagent avec les anarchistes cette aversion pour l’autorité, même représentative !!! y’a quelque chose à creuser ici, car les GJ ne se revendiquent pas de l’anarchie. « Le » GJ semble être sur l’amont (le processus législatifs ex RIC) et sur l’aval (les résultats : dignité sociale concrète, niveau de vie) mais pas sur le mode de vie concret qui reste assez ordinaire dans leur discours (famille-boulot-dodo-métro leur convient – je suis de leur avis – plutôt que « tribu » égalitaire dans les ZAD) (dans la période « hyppie », y’avait aussi le principe de la tribu – communauté – horizontale, mais avec une horizontalité assez sexuelle : ça n’a pas vraiment marché car, à cette époque, le travail non-sexuel était réservé à quelques uns qui bossaient pour les autres !!!).

    La dernière partie était aussi très intéressante : bonne question de David sur les thèmes à aborder dans une réunion avec Le Macron, et bonne réponse de Fabrice qui tient (provisoirement) une position de non-engagement (non-prescription) vis-à-vis des GJ qui participeront au débat. La position méfiante, intranquille, non-confiante, de Fabrice vis-à-vis de Le Macron, me semble complétement fondée : on a affaire à un manipulateur-pervers ! Depuis qu’à 16 ans il a réussi à séduire sa professeure de 40 ans, belle comme un astre, ce qui a suscité l’admiration, l’envie et sans doute la jalousie de tous ses petits camarades, il ne se sent plus pisser et se croit irrésistible. Quand on a réussi l’impossible, rien ne peut plus nous arriver, hein ! Un vrai traumatisme positif en quelque sorte, dont nous faisons les frais aujourd’hui ! Au secours Bernard Lahire !

    La réflexion de Fabrice sur le plan économique est sérieuse. Bref, dans le milieux GJ, y’a de la matière grise et de la responsabilité; on n’a pas affaire à des guignols qui gesticulent à tort et à travers, ni à des béni-oui-oui comme les canards-marcheurs sans tête de l’assemblée nationale.
    Le programme de LFI était plus avancé, mais les directions, les axes principaux se recoupent beaucoup : c’est du sérieux.
    Attention, le Grand Débat avec les 63 intellos, s’est transformé en Grand Méchant Loup et 63 Petits Cochons. il faudrait jouer Grand Méchant Loup et 3 Grands Petits Crocodiles.

  3. Il devrait lire de près le programme de la FI qui est beaucoup mieux construit et étayé. Sur le fond il est intéressant (pas de négociation possible avec l’UE) mais très très vague sur les actes à poser en arrivant au pouvoir (« trouver un moyen.. »). C’est bien beau de critiquer toujours les partis, mais là, la colonne vertébrale politique n’y est pas du tout! La FI a un plan B, quand même, et tout le monde sait qu’il n’y a pas d’autre issue que la sortie de l’UE (déjà terriblement mal en point)

  4. Ce type s’est frotté aux Gilets jaunes pour préparer son discours passe partout, et nous propose grosso modo les mêmes choses que Nigel Farage and co, la xénophobie en moins. Nous n’en savons rien, il aurait fallu peut-être juste le titiller un peu sur ce sujet. Il nous la fait même un peu François Asselineau avec son article 50. Mais il ne veut brutaliser personne, et commence par redéfinir le terme de Frexit, afin que personne n’ait peur et que tout le monde y trouve un petit quelque chose à-emporter-à-la-maison, comme c’est mignon, c’était presque bien fait.

    L’Euro serait une calamité, mais les Britanniques ont la Livre et c’est la cata là-bas aussi. Mais maintenant que Todd c’est dit contre l’euro, tout le monde se croit autorisé à l’être. Est-ce que Todd n’est pas en train de surfer sur la vague du Frexit pour vendre ses bouquins ? Est-il économiste en plus d’être démographe et historien ? Il parle bien, n’hésite pas à faire le buzz avec sa trouvaille du « machin au sommet de l’Etat » à propos de Sarkozy, et alors ? J’ai cru à Onfray il y a quelques années, maintenant ce type me dégoûte, prêt à tout lui aussi pour vendre ses bouquins, même à sombrer dans l’islamophobie, à sombrer au niveau d’un Zemmour, qui lui aussi vend de la haine-de-l’autre sponsorisé par nos médias de milliardaires, la boucle est bouclée. Todd n’a pas encore touché à ça, mais ces gens ne résistent pas longtemps à l’appel des drogues fortes, quand il aura besoin de fric, il nous sortira lui aussi un bouquin sur l’immigration, avec vous savez, ces vérités validées du sceau académique, irréfutables preuves scientifiques à qui ont fait dire ce que l’on veut.

    Je crains que la solution proposée par le FN qui consiste à haïr l’autre, ne soit substituée par celle de la haine de l’UE. Sachant que ni l’une ni l’autre ne servira les intérêts supérieurs des gens d’en bas, des Gilets jaunes, mais seulement ceux des plus riches. Encore et toujours le même piège à cons, l’invité de ce jour participe à le construire et je ne pense pas que ce soit à l’insu de son plein gré 🙂

    Les prolos britanniques n’avaient aucune raison rationnelle de quitter l’UE, dedans ou dehors, ils n’auront pas plus de souveraineté, d’ailleurs la souveraineté n’a aucun sens pour les classes populaires, surtout quand in fine il s’agit de nationalisme moisi. Ils doivent ce qu’ils sont à la crise de 2008 et à la politique d’austérité extrême menée par les tories depuis 10 ans. Résultat, après s’être fait bouffer le cerveau par la presse de Rupert Murdoch, et pas que, ils en redemandent en votant tory pour les 5 prochaines années. Balle dans le pied. On leur a fait croire qu’on leur reprendrait leur référendum, inadmissible se sont-ils dit. Johnson n’avait plus qu’à se baisser avec son slogan « Get Brexit done », la gauche aurait dû promettre aussi ce suicide collectif du Brexit pour avoir une chance. Une tuerie, reprise en choeur par nos frexiteurs…

    Priti Patel, la nouvelle ministre de l’Intérieur va les bien servir et commence à dire que les jobs occupés par les Européens qui ne pourront plus venir au RU (nouvelles règles d’immigrations), devront être pris par les 8 millions d’inactifs britanniques, aller au boulot ! Sachant que les 8 millions en question sont pour une grande part des handicapés, des chômeurs qui ont abandonné parce trop vieux ou trop ceci ou trop cela, ou des gens qui prennent soin d’un parent ou d’un enfant à temps plein. Le voilà le premier coup de pied dans le cul des prolos par les Brexiters. Cette ministre brexiteuses depuis le début est absolument délicieuse, elle jette au visage de ses subalternes des classeurs et les blesse, le tout en les insultant. Portrait décoiffant dans L’ibé http://bit.ly/3cB5VGa. C’est ma tourné amis Frexiters.

    Finalement, je trouve ce type vraiment puant, il nous fait presque du TINA (There Is No Alternative, comme Thatcher, dont Priti est fan, tout se tient) , quand il explique par exemple que Mélenchon ou Le Pen (notez qu’il les met côte à côte et c’est juste pour les mettre à côté, car je ne crois pas que le FN propose de renégocier les traités, il fait comme les macronistes), n’ont aucune chance de renégocier quoi que ce soit puisque David Cameron a échoué. Il oublie de dire, à dessein, que ce que proposait Cameron n’était pas acceptable, cette façon dont les tories britanniques veulent le beurre et l’argent du beurre, beurre ou vaseline qui leur sert à enculer tout ceux qui ne sont pas de leur camp. Si le Brexit a fonctionné c’est grâce à des gens comme lui, qui diffusent toute cette propagande, mais qui sert qui ?

    J’ai adoré le passage sur la constitution versus les traités, et j’en conclus que quand notre gugus est en face de quelqu’un qui sait de quoi il parle… il panique un peu, il s’était endormi sur le tapis que lui déroulait David. Amusant le rattrapage aux branches. :-/

    L’argument de la France qui se cacherait derrière l’UE pour faire passer la réforme des retraites démontre bien que le problème c’est bien le gvt français, pas l’UE.

Laisser un commentaire