La Préfecture de police met la pression sur QG et d’autres médias indépendants

04/12/2020

Communiqué de la rédaction suite à des demandes inacceptables portant atteinte au secret des sources

Les atteintes à la liberté de la presse se multiplient de façon préoccupante dans la France d’Emmanuel Macron. L’épisode qui va être ici relaté en est un nouvel exemple, après la mise en place du nouveau schéma national du maintien de l’ordre, et le vote de la loi Sécurité globale, par l’Assemblée nationale. Il mérite d’être porté à la connaissance du public.

Tout a commencé cette fois par un appel en début de semaine, lundi 30 novembre, sur la boîte vocale de QG, notre média. La « Sûreté territoriale de Paris », instance dépendant de la Préfecture de police, demandait à nous joindre sans plus de précision. Un membre de l’équipe les a rappelés pour connaître la nature de leur demande. A celui-ci, un officier de police a affirmé chercher à contacter notre reporter, Adrien AdcaZz, présent sur la place de la Bastille le samedi 28 novembre où des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre, afin de récupérer l’ensemble de ses images. (Voir son reportage en cliquant ici) Stupéfaits par une demande aussi audacieuse s’agissant d’un reporter de presse, nous n’avons pas donné suite, ni communiqué les coordonnées de ce dernier.

La chose ne s’est néanmoins pas arrêtée là. Le surlendemain, notre entreprise a à nouveau été contactée par la Sûreté territoriale de Paris, tandis que, de son côté, notre journaliste a été abreuvé d’appels masqués et de messages vocaux par cette même instance. Sept messages au total. Chose troublante, le brigadier qui lui a laissé ces messages disposait de son numéro de portable personnel, et l’a également appelé par son véritable nom, celui qu’il utilise pour filmer sur le terrain étant un pseudonyme. Ces renseignements sont pourtant des données privées. Comment a-t-il pu en disposer? Sur quel fichier ce numéro figure-t-il? Un opérateur de télécom a-t-il pu le délivrer?

Nous avons depuis lors appris que d’autres confrères, notamment Taranis News, avait du faire face aux mêmes demandes. Les autres recevant, eux, des mails. Nous concernant, la chose est d’autant plus ironique que notre reporter Adrien AdcaZz avait été scandaleusement placé en garde à vue pendant plus de 24 heures, le 12 septembre dernier, lors de la manifestation signant le retour des Gilets jaunes. Une arrestation abusive, ainsi que l’a d’ailleurs prouvé son classement sans suite le lendemain. Aucun média mainstream ne l’avait d’ailleurs relayée, en dépit des milliers de retweets et de Posts indignés laissés par les utilisateurs des réseaux sociaux suite à notre communication. Les motifs avancés en avaient été la « participation à un groupement », le « refus d’obtempérer à un ordre de dispersion », et la « dissimulation de son visage », autant de prétendus délits irrecevables pour un reporter, et qui anticipaient la mise en place du nouveau schéma national du maintien de l’ordre. Depuis, les grandes rédactions se sont réveillées. Bien tard. (Lire l’article notre article à ce sujet : « Quand ils sont venus chercher les journalistes ».) Non contente d’interpeller abusivement des journalistes, la préfecture de police leur demande donc ultérieurement de collaborer avec elle, avouons qu’il y a là une forme d’humour noir auquel le préfet Lallement nous a hélas habitués.

Adrien AdcaZz, reporter à QG, interpellé et menotté dans le dos le 12 septembre 2020

Alors disons-le une bonne fois pour toute à la préfecture de police de Paris, tous les rushs de tournage dont nous disposons sont des informations protégées par le secret des sources, conformément à la loi de 1881, qui semble décidément attaquée de tous côtés aujourd’hui. Notre entreprise de presse, accréditée par le CCIJP à la rentrée dernière, ne délivrera jamais à la police nationale ce genre de renseignements. Garantie fondamentale de la liberté de la presse et du droit du public à l’information, le secret des sources journalistiques est protégé par la loi, en particulier dans le cadre d’une procédure pénale. Après avoir fait convoquer de nombreux journalistes par la DGSI en 2019, après avoir multiplié les lois scélérates portant atteinte à la liberté d’informer, depuis la loi sur les « fausses nouvelles » fin 2018 jusqu’à la loi dite de « Sécurité globale » en 2020, le pouvoir macroniste d’en prend maintenant directement aux garanties constitutionnelles sur lesquelles repose notre métier. Police nationale, il est inutile de continuer à nous appeler. Plus que jamais : laissez nous respirer.

Aude Lancelin

Directrice de la publication

5 Commentaire(s)

  1. Bravo! c’est justement parce qu’on a confiance dans votre capacité de résistance aux pressions qu’on vous soutient ! N’hésitez pas à faire appel s’il y a utilité à manifester un soutien collectif supplémentaire.

  2. C’est bien de réagir immédiatement car sinon il faudra refaire bientôt la liste des « ce n’est pas grave » de la précédente tribune.
    Pour l’identité d’Adrien, les logiciels de reconnaissance faciale existent et sont opérationnels, même s’ils ne sont pas officiellement autorisés. Il suffit qu’Adrien ait ôté ou réajusté son masque un instant et ça suffit pour avoir sa bobine sur une image.

  3. Un régime totalitaire ne s’arrête pas de lui même et la loi ne sert bientôt plus a rien en de telles circonstances. ne faudrait-il pas organiser des réplications entre amis ? Au même titre qu’un logiciel de réseau échappant a la censure (Facebook-instagram/vaccins)? (Telegram)

Laisser un commentaire