Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

Climat : comment repousser la fin du monde – Quartier LibreAvec Jean-Marc Jancovici

Émission du 19/05/2022

Alors que le GIEC publie des rapports toujours plus alarmants sur la crise écologique mondiale, les dirigeants politiques continuent à faire l’autruche quant à l’urgence de la situation. Aude Lancelin a reçu Jean-Marc Jancovici, inventeur du bilan carbone et membre du Haut Conseil pour le climat, pour un entretien exceptionnel sur QG. Épuisement des stocks de pétrole, réchauffement climatique, montée des eaux, la décroissance semble inévitable pour notre invité. Empêcher un effondrement est-il encore possible ? Les énergies renouvelables peuvent-elles vraiment changer la donne ? Jusqu’à quel point la guerre en Ukraine influe-t-elle sur nos ressources énergétiques ? Le fondateur du think tank « The Shift project » examine tous les dossiers chauds dans cette émission grand format. À voir absolument !

À voir aussi
À voir aussi

8 Commentaire(s)

  1. Intéressante interview de Jancovici par Aude. J’ai deux remarques, d’abord une objection : sur l’augmentation du Smic, dont il ne dit rien d’autre que « augmenter le pouvoir d’achat c’est augmenter la croissance donc c’est mauvais pour la planète », il ne semble pas comprendre que l’augmentation du Smic n’est possible que par une baisse des plus hauts revenus (par la fiscalité), donc l’effet sur la croissance, la consommation etc, est censé s’équilibrer ! En aucun cas mieux partager le gâteau n’implique d’en produire davantage ! C’est simple pourtant, non ? Après, à l’écouter, on dirait que la justice sociale ne l’intéresse pas des masses à vrai dire.. Son combat est ailleurs. Seconde remarque : sur le nucléaire, je le trouve réaliste. J’aime bien son point de vue qui prend en compte la dangerosité du nucléaire : « oui il y a les déchets et ça peut exploser, mais on ne peut pas faire autrement que d’accepter ce risque, qui est moindre que ceux générés par le charbon. C’est pas l’idéal mais on n’a pas mieux pour l’instant, sachant qu’on va être obligés de consommer moins et d’aller vers la décroissance ». En gros. Ça devrait nous pousser à réfléchir à la notion de RISQUE, celle-ci étant devenue quasi inacceptable, par les temps qui courent (on met un casque à nos enfants quand ils font de la trottinette sur le trottoir, on se vaccine 4 fois contre une maladie qui a un taux de mortalité extrêmement faible et quasi nul chez les jeunes, les enfants n’ont pas le droit de monter aux arbres, on ne les quitte pas des yeux…). C’est le point qui me gênait dans le programme de LFI et accessoirement aussi d’EELV : leur volonté d’arrêter le nucléaire pour le remplacer par de grands parcs éoliens… qui nécessitent eux aussi d’extraire des terre rares, du lithium, qui reposent sur des tonnes de béton, sans parler du massacre des oiseaux et de la taille des surfaces nécessaires à leur construction, rendant ces zones inutilisables. Et pourtant, l’accident nucléaire, c’est le seul truc à ce jour capable de m’empêcher de dormir deux nuits de suite tellement ça me fait peur (après avoir regardé le 1er épisode de la série Tchernobyl). Je suis totalement consciente du danger que ça représente. Je comprends juste que là, dans l’état actuel des choses, dans notre société industrialisée, globalisée, automatisée, numérisée, on a besoin de plus en plus d’électricité. Et pas l’inverse. Donc c’est triste, mais on ne peut simplement pas faire sans le nucléaire, quoi. Principe de réalité. Voilà mes réflexions suite à cet entretien : politiquement limite (ne semble pas se soucier du partage des richesse confisquées par les 1%), mais a le mérite d’être réaliste sur le plan de l’énergie dans un contexte de dérèglement climatique.

  2. Mr Jancovici oublie me semble-t-il de prendre en compte le refroidissement des réacteurs nucléaires alors même que le réchauffement climatique affecte et affectera considérablement les cours d’eau . On peut déjà constater que les centrales sont aussi soumises à des aléas climatiques comme il le dénonce pour les éoliennes . Il parle aussi de l’urgence évidente de palier à la menace qu’engendre ce réchauffement climatique mais il oublie de soulever le temps nécessaire pour construire de nouvelles centrales nucléaires. Je suis aussi assez sceptique sur la minimisation des conséquences délétères d’un accident nucléaire .

  3. eh bien en voilà de ‘CHOSES extrémement ‘bien dites ‘ ,

    merci jean marc qui ne semble pas nous cacher grand chose ,,et va bien au delà de ce que moi,, dameB j’ai pu parfois saisir ,,ou chercher à saisir ,,

    Aude précieux guide en lecture des propos de notre invité du jour donne avec un à propos juste quand cela devient nécessaire à retissser les fils !!
    ,,c’est bienvenu,,bravo

    j’ai tout de meme vécu là de trés belles ouvertures d’Esprit grace à ce garçon là que je sens humain et chaleureux ,

    un certain humour de ne me déplait pas quand il dit  »
    il y a peu de jus de cerveau ,,aujourdh’ui !!
    ou
    quand il reporte cette info venue d’un humoriste célébre ,, dont je ne retrouve plus le nom , j’ai oublié le nom ,,c’est béte . mais quand méme ,,

    vivre c’est dangereux,,la preuve on finit par en mourir /…………….

    ,,bref de ce long long chapitre sur le sujet ,, je retiens toutefois
    , qu’il y a urgence,!!
    , qu’un français ordinaire a une consommation personnelle excédentaire ,,
    que le nucléaire est un ‘risque à prendre meme s’il est dangereux ,,en cela qu’il permet de gérer les risques mesurables !!

    merci AUDE ,,bravo QG ,,

    j’apprécie toujours ces moments de Live, que je vis en direct ,,ou au fil du temps qui m’est disponible !!
    certes je ne connais pas toutes ces données qui se situent au delà par et dans quotidien surement moins éclairé sur le vaste sujet de la crise écologique mondiale présentée aujourdh’ui ,,,,,,,,,,,,,

    ,,mais j’y puise !!
    ,,et j’y puise tant que je m’en vas de ce pas acheter la BD pour l’offrir à mon petits fils québecois (15ans ) qui arrive vacances chez nous, en France bientot,,,
    belle aventure de Vie à chacun ,et par et pour CHACUN …………………..;belle suite de pas vers un meilleur à venir,,,, dameB

  4. Il y a une petite chose qui n’est pas abordée dans cet entretien c’est la question du refroidissement du coeur des centrales. Me serais-je laissée abusée et qu’on ait trouvé la solution? Non je le sais quand il y a un problème dont on ignore la solution, comme disait le père Bush  » quand il n’y a pas de solution il n’y a pas de problème »…..Mais cet entretien est tout à fait pertinent ne serait-ce que pour la prise de conscience. Merci donc à vous deux pour cet exercice.
    Bien à vous Aude.
    France Furby

  5. Monsieur Jancovici est sans doute un excellent scientifique mais un très mauvais politique. Quand il affirme que l’augmentation du pouvoir d’achat, du SMIC etc c’est aussi de l’acceptation de la croissance c’est faire un oubli fondamental celui du partage qui doit être introduit dans la création des richesses et on peut très bien envisager une gestion des productions conforme à la nécessité de protéger la planète en favorisant une répartition des richesses juste et conforme aux intérêts et besoins des producteurs de richesses.

    1. Je plussoie totalement.
      Sortir des conneries du type : « bloquer les augmentations des plus pauvres, pour baisser la consommation et donc la pollution », c’est absolument incroyable d’imbécilité et de sadisme ! Avec ça, il se déconsidère à tout jamais.
      Mais il a apporté pourtant des éléments intéressants (ce qui justement pleinement que QG invite ce genre de personne, pour le débat).
      Je vais développer ça plus tard.

  6. Magnifique, quelle bonne idée d’avoir interviewé Jean-Marc Jancovici. Cela fait du bien d’entendre les questions franches, simples et justes d’Aude Lancelin. Les réponses de l’invité sont à l’avenant. Merci et bravo, QG Media. Cet entretien est une forte incitation à poursuivre mon abonnement, pour vous encourager et dans l’attente d’autres rencontres diverses et inspirantes. Continuez !

Laisser un commentaire