Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

De quoi le Freedom Convoy est-il le nom ? – Quartier Libre Avec Alain Deneault

Émission du 23/02/2022

Aude Lancelin a reçu Alain Deneault, philosophe québécois et auteur du « Totalitarisme pervers » et de « La Médiocratie », pour un grand entretien sur les événements d’Ottawa et les politiques sanitaires mondiales. En janvier 2022, des centaines de routiers se sont rassemblés avec une organisation impressionnante pour traverser le pays et faire pression sur Justin Trudeau. Dénonçant initialement la vaccination obligatoire, les revendications du Freedom Convoy se sont rapidement élargies au-delà des mesures sanitaires mises en place depuis le début de la pandémie de COVID-19. Le convoi de 70 km de long parviendra à bloquer le traffic de la capitale, poussant Jim Watson, le maire de la ville, a déclarer l’état d’urgence. Notre invité a décrypté ces événements d’une ampleur jamais vue, et a analysé de façon cinglante le rôle joué par les « non-vaccinés » comme bouc-émissaires mondiaux, ainsi que la proximité entre le mouvement du Convoi pour la liberté et les Gilets jaunes en France. Une édition de Quartier Libre exceptionnelle à visionner sur QG.

À voir aussi
À voir aussi

11 Commentaire(s)

  1. Salut tout le monde,

    Tout d’abord, admirons la façon dont Aude Lancelin sait se taire, et laisser parler son interlocuteur, et l’écouter. Elle ne parle que très rarement, et surtout quand son invité a fini de développer une idée. Cela nous change de ces journalistes pour qui l’invité n’est qu’un faire-valoir.

    L’entrevue est très pertinente. d’une façon générale. Je me permettrais tout de même deux critiques.

    Alain Deneault utilise malheureusement l’expression « darwinisme social », pour parler de la lutte de tous contre tous et que le meilleur l’emporte ; alors que Darwin a bien au contraire montré que la nature avait mis en concurrence le principe de solidarité avec celui de compétition, et qu’avec le très faible être humain, c’était la solidarité qui l’emportait :

    http://mai68.org/spip/spip.php?article607

    Vers la fin, sa réponse à la question de savoir pourquoi c’est l’extrême droite qui avait réagit contre les mesures liberticides, et pas la gauche et l’extrême gauche ne m’a pas convaincu. On pourrait penser que, d’après lui, la droite est pour la liberté et la gauche pour la contrainte. Comme si les fascistes étaient pour la liberté ! Je pense que si la gauche et l’extrême gauche n’ont pas réagi ; c’est parce qu’elles sont infiltrées par les services secrets, et complètement manipulées.

    Manipulées : http://mai68.org/spip2/spip.php?article6682

    Infiltrées : http://mai68.org/spip/spip.php?article1066

    Bien à vous,
    do
    http://mai68.org./spip2

    1. Même si je ne partage pas votre vision sur liberté-covid-Mélenchon, je dois dire que la vidéo d’Arté que vous proposez est vraiment édifiante; et même incroyable !!! Je savais que Soljenitsine était un facho, mais je n’avais pas soupçonné « à ce point » le rôle de la CIA dans le tsoin tsoin autour de son émigration. Tout y étant intéressant, et je vais me contenter de mettre deux autres points en évidence :

      1- la collaboration massive de la CIA avec les anciens nazis et artistes sympathisants (Aron, … Karajan, …).

      2- à 41mn 20sec, il est dit que l’effort de la CIA était un effort de « désidéologisation » du monde culturel occidental. Il est clair que désidéologisation signifie clairement « dépolitisation », et il est clair que dépolitisation ne signifie pas seulement anticommunisme, mais pro-libéralisme et pro-libertarisme culturel. Grosse promotion de l’art contemporain (plus que moderne) par la CIA. Sans doute que le « figuratif » s’avère trop subversif : les « performances » (notez le mot lui-même) « contemporaines » de certain(e)s artistes (s’enfiler des oeufs dans le vagin par exemple) cherchent plus l’étonnement, la distraction, que le message politique, évidemment.

      La libération sexuelle de mai 68, avec comme parangon Cohn Bendit, l’amour libre etc … fait partie de ces opérations idéologiques. L’armée américaine a participé à l’organisation du festival de Woodstock. Le but étant de promouvoir la distraction, le récréatif, le festif en lieu et place de la politique, cad de la lutte des classes.
      Je soupçonne fortement que la vague -que dis-je, la déferlante- woke relève du même procédé. Détourner les jeunes de la politique et du social (lutte des classes) au profit de l’égalitarisme sociétal. Tous les gouvernements s’y mettent alors même qu’il n’y a pas de mouvement social dans ce sens !!! étonnant, non ?

  2. Discours entendu mille fois, mais là avec une fébrilité intense frisant la logorrhée, mais aussi, bizarrement, reconnaissons-le, avec des accents poétiques presque agréables. Il est fort.
    Pourquoi « ne pas être vacciné » n’est pas comparable à « ne pas faire de sport » ? Parce que « ne pas faire de sport » n’est pas contagieux. « Liberté individuelle » versus « fraternité ».

    1. Contrairement à ce que vous annoncez, la  »vaccination » contre le Sars ne protège aucunement les personnes vaccinées de se contaminer de transmettre le virus. C’est ce qui amène certains médecins et non des moindres (Association réinfo-santé, Martine Wonner etc…) à considérer qu’il ne s’agit pas là d’un vaccin (si je n’interprète pas trop leurs propos). Donc, la comparaison de Mr Deneault est tout à fait justifiée à mon sens.

      1. Nous n’avons pas les mêmes informations : la vaccination atténue la virulence (c’est son rôle premier) et donc aussi la prolifération sur le porteur. Et mathématiquement, ça atténue la transmission.

        Par ailleurs, même en supposant que le vacciné porteur transmette intégralement le virus, si le récepteur potentiel est vacciné, il ne sera pas malade, même s’il est contagieux, et ainsi de suite. Et donc aucun blocage de la vie sociale et économique. Tout comme avec l’obésité qui ne se transmet pas non plus.

        Certes le vaccin n’est pas 100% efficace (moi-même, presque 4 mois après ma deuxième dose, j’ai eu un covid fatiguant, qui m’a laissé avec 7 kg en moins), mais je soutiens la vaccination, pour libérer la vie sociale mais aussi parce que la vaccination atténue les formes graves (j’appartiens à la catégorie des non-prioritaires en réanimation)(et notre président a supprimé des lits).

        Je reconnais aussi que l’innocuité du vaccin n’est pas attestée selon les normes habituelles. Je choisis de faire confiance aux scientifiques et aux organismes de contrôle qui eux sont sensés être indépendants.

        1. Rien n’a été prouvé quant à l’efficacité de cette injection pour les  »formes graves ». Une grande opacité par les pouvoirs publics recouvre toute cette  »affaire ». (Omissions, non remontées des effets secondaires des injections etc..) Cette affaire nous permet aussi de questionner et de relativiser ce qu’on dénomme  »science », experts etc…Un livre très intéressant :  »La Doxa du Covid  » de Laurent Mucchielli – tome 1 .

          1. Rien n’a été prouvé ? Mais les taux d’occupation des lits d’hôpitaux sont publics (avec tout le personnel hospitalier pour témoin) : en très grande majorité des non-vaccinés (au regard de la faible proportion qu’ils représentent dans la population) : ça veut bien dire que le vaccin protège.

Laisser un commentaire