Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« La corruption, poison démocratique » – Quartier Constituant avec Éric Alt

Émission du 10/03/2021

Affaire Sarkozy, Karachi, Cahuzac… Depuis 10 ans les affaires judiciaires visant des politiques se multiplient tout comme l’abstention dans les urnes. La corruption est-elle devenue le poison de notre démocratie ? Les Constituants reçoivent Éric Alt, magistrat et vice-président de l’association anticorruption Anticor

De la même émission
À voir aussi

4 Commentaire(s)

  1. Tiens, voici quelques nouvelles de l’égotico-mégalomaniaque journaliste de gauche Denis Robert. Ca parle d’Anticor : ça a l’air légèrement tordu !
    Blast (!!!) c’est une pluie d’euros luxembourgeois apparemment.
    Montebourg a l’air bien arrosé aussi. Miel et fiel, ça se ressemble !
    Ils sont vraiment forts ces milliardaires ! A leur place je ferais pareil !

    https://www.linkedin.com/pulse/pourquoi-jai-quitt%C3%A9-blast-maxime-renahy

  2. Merci pour cette émission intéressante.
    J’ai une question : pourquoi ne voit-on plus Charlotte Girard ? Elle a complètement disparu et c’est vraiment dommage, elle manque à cette émission et elle manque de façon plus large car on ne la voit plus nulle part! Pouvez-vous me dire si elle va bien, si c’est un choix de ne plus apparaître. Je l’ai découverte et suivie de près quand elle était à la FI.

  3. Concernant la « judiciarisation » des manquements du gouvernement, il faut certes parler des manquements qui concernent le Covid, mais, cependant, ne pas oublier les manquements qui concernent les Gilets Jaunes.

    Il me semble que la gestion du Covid implique des responsabilités de très nombreux gouvernements successifs, car la suppression des lits, des personnels, ainsi que des fournitures médicales (masques ….) ne date pas d’aujourd’hui ; ces manquements relèvent d’une crise permanente méta-politique qui consiste en la prise du pouvoir d’Etat par la classe financière. Là la seule solution c’est la révolution permanente (pour parler comme les trotskistes) de la classe prolétarienne, alliée possiblement avec une partie de la petite bourgeoisie laborieuse que méprisent les financiers.

    Concernant les Gilets jaunes, par contre, le gouvernement Macronien a une part beaucoup plus directe et immédiate de responsabilités dans les massacres qui ont été perpétrés par l’exécutif pendant les manifestations. En tête de liste des accusés : Macron, Castaner et Lallement chacun ayant manifesté à son niveau un zèle singulier et autonome dans la férocité. Pour l’instant Darmanin semble avoir abandonné les LBD : c’était donc possible.

Laisser un commentaire