Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

Le peuple, la gauche, et le travail – Quartier LibreAvec François Ruffin

Émission du 19/09/2022

Aude Lancelin a reçu pour un grand entretien politique le député de la Somme, fondateur de Fakir. Comment réconcilier les deux France populaires, celle des « quartiers » et celle des « ronds-points »? Est-ce la clé manquante pour succéder à Emmanuel Macron et rétablir une justice sociale dans le pays? Le discours sur le travail au sein de la gauche est-il responsable du désamour des classes populaires pour celle-ci? Notre invité prend des positions fortes à la hauteur de son engagement, et expose les défis à relever par la classe politique française face à la crise de l’énergie et l’inflation. À visionner sans plus attendre!

À voir aussi
À voir aussi

12 Commentaire(s)

  1. Merci pour ce bel entretien. François Ruffin a le mérite de mettre sur la table un sujet qui dérange. Il faut entendre les discours des classes populaires des campagnes, même si ceux-ci ne font pas plaisir. Le question des « assistés », des « cassos » en est une importante, la question des immigrés en est une autre, qu´Aude a bien raison d´évoquer. François Ruffin reste à ce sujet très évasif, je comprends son malaise. Pourtant les deux vont ensemble : combien de fois n´ai-je entendu que les assistés, les profiteurs étaient justement les immigrés ou fils et filles d´immigrés (noirs et arabes, faut-il le préciser?) ? Comment contrer ce discours? S´en tenir à la question sociale ne suffira pas et refuser de discuter avec les « fâchés et fachos » n´est pas une stratégie dont on peut se satisfaire.

  2. Bonjour à toutes et à tous,
    Ce que je peux constater c’est que l’on monte au pinacle des individus qui gagnent à eux seuls plusieurs milliers de siècles de SMIG, que font ils de toute cette tune? Ils rachètent des entreprises font des bénéfices en licenciant (ne pas oublier que le chômage tue) en spéculant (ne pas oublier que la spéculation ce n’est pas du travail mais un moyen d’affamer et de tuer des millions de pauvres) de s’offrir des week end dans l’espace et de niker un peu plus la planète (donc tuer un peu plus de vivant) détourner des milliards car il ne faut surtout pas financer quoi que ce soit puisque les états le font si bien et en plus ces mêmes états renflouent les prédateurs en cas de crises (dernier exemple en date la crise de 2008 qui a elle aussi provoquée des millions de morts dans le monde), ils sont actionnaires dans entreprises de guerre (là aussi morts, morts, morts) et j’en passe car la liste est longue mais il faut bien garder en mémoire qu’ils détruisent bien plus d’emploi qu’ils n’en créent et que leur fringale jamais assouvie de pognon entraine des millions de victimes sur les routes et au fond d’un trou. Et, en face de ces monstres couverts de sang il y a tous dangereux « assistés » qui mettent à mal l’économie avec leurs 350 balles par mois (oui il faut arrêter avec la légende du RSA à 500 euro, perso j’ai 350 balles et il me faut payer comme tout le monde l’eau, le gaz, l’électricité, le tel, l’essence car la première ville se trouve à 25 km de ma ferme) ces putains de fainéants qui ruinent la France sans que l’on ne se pose une seule fois la question de comment est il possible de vivre avec aussi peu, comment des personnes en sont là et comment est il possible que l’on accepte autant d’injustices tranquillement en attendant le retour des GJ car faut pas déconner la rue c’est pas pour tout le monde mais uniquement pour les GJ. Pour répondre à la question du pourquoi les GJ ne sont pas là, c’est simple les amendes à 135 euro ont fait encore plus de mal que la répression ainsi que l’indifférence généralisée face aux violences policières. De plus nous avons été soutenir toutes les luttes (et oui, même dans les campagnes) et lorsque nous avons demandé de gonfler nos rangs; personne….Alors oui tout cela çà calme.Et pour finir la NUPES est une grande trahison et le signe de petits arrangements entre amis, pour s’en convaincre il suffit de voir ce que rapporte les législatives aux différents partis et comme ils sont tous copains il y a solidarité car les bourgeois sont solidaires et se soutiennent quoi qu’il en coute comme on dit.
    Bonne journée à toutes et à tous, force et courage à la gueusaille

  3. Cher François Ruffin,

    Au-delà de la tambouille politicienne qui consiste à savoir qui est susceptible d’adhérer à ses idées ou pas (concept d’ailleurs philosophiquement problématique car le propre de la politique devrait être de s’adresser à l’ensemble de l’électorat. A la nation dans le cadre national et à la circonscription dans le local, mais dans tous les cas avoir un projet global même si c’est je le sais une utopie, et qu’il est plus efficace de cibler son électorat. Lui faire un programme sur mesure pour gagner, programme aussi tôt abandonné car finalement même ceux qui le portent n’y croient pas vraiment ). Il y a au delà de la cuisine politique, le projet politique, c’est-à-dire ce que l’on propose aux gens.

    J’entends que vous souhaitez continuer à défendre les salariés de Goodyear ou de Whirpool pour qu’ils ne perdent pas leur emplois, mais au lieu de vous battre pour empêcher la fermeture d’usines depuis tant de temps déjà, ne devriez pas plutôt vous battre pour l’ouverture de nouvelles usines ? Ce qui du reste est le meilleur garant pour les salariés qu’ils conserveront un travail, car ils auront le choix, et c’est de la capacité à avoir le choix que l’on peut négocier des salaires à la hausse ou ne pas craindre de perdre son emploi. Par ailleurs quand des territoires sont dynamiques et attractifs en attirant les investisseurs et les capitaux, c’est précisément à ce moment que les patrons restent et que les entreprises se montent, parce qu’ils savent qu’ils feront des bénéfices ou auront des opportunités dans le territoire en question. Les patrons ne restent pas par bonté d’âme.

    Et là je surpris que vous sombriez vous aussi dans l’utopie climatique, voire l’escroquerie climatique, alors est-ce un énième calcul électoral ou une vraie conviction ? Et vous en faites même le sens du travail…la belle affaire. Le sens du travail est de produire, de créer de la valeur ajoutée, de la richesse sans laquelle rien n’est possible (aucun projet ne peut être financé y compris l’art et les activités ne répondant pas à l’argent comme la recherche, l’éducation…). La constitution de richesse permet la vie, plus précisément l’atteinte d’une vie digne, dignité qui varie en fonction de la définition qu’en font les gens mais qui à minima devrait leur permettre de se nourrir, se loger et se vêtir, eux et leur foyer.

    S’il est certain qu’améliorer l’environnement est un travail utile et potentiellement générateur d’opportunités d’emplois. D’ailleurs déjà beaucoup de choses ont été faites dans les pays riches pour améliorer la qualité de l’air, de l’eau, des conditions de travail…qui n’y a jamais été aussi bonne. La France a par ailleurs des fleurons dans ce domaine comme Suez pour l’eau (cela dit ça n’empêche pas le désastre dans les Antilles). Cette problématique se pose en réalité de manière bien plus tragique dans les pays en voie de développement dont certains ressemblent encore à l’Angleterre industrielle de l’ère victorienne.

    Et que je souscris sans réserve au projet de rénovation et d’efficience énergétique car il fait sens, comme l’amélioration des conditions de travail et d’existence qui permet aux gens de vivre en meilleure santé. Celui-ci ne peut à lui seul produire les biens et les services nécessaires à un pays dans la compétition internationale notamment la compétition entre pays riches.

    Il faut aussi des usines et se positionner dans un monde où la compétition est féroce. Et un positionnement lucide depuis Ricardo est celui de l’avantage comparatif, c’est-à-dire là où l’on pourra exporter nos productions et ainsi rester dans la course internationale et en tête si possible. Et hélas par exemple la filière du nucléaire qui était un secteur d’activité où la France avait un avantage comparatif est en train d’être démantelé et a été très mal géré, notamment à cause de la propagande écologiste et des normes européennes délirantes (merci l’Allemagne elles rendent compliquées le fonctionnement de l’EPR qui ne marche toujours pas, sauf en Chine où ils ont réalisés cet exploit par eux-mêmes, ceci dit les normes européennes ne leurs sont pas applicables) normes acceptées par les gouvernements successifs qui par exemple fixait le prix de l’électricité sur celui du gaz. Résultat la filière nucléaire russe, chinoise ou de Corée du sud, gagnent des parts de marché, la française décline merci à l’UE et aux écolos.

    Si d’autres politiques avaient été menées alors par exemple des usines aujourd’hui en Allemagne seraient venues en France pour réduire le cout de leur énergie. Avec une énergie à bas coût, cela permet en effet d’attirer par exemple des usines qui recherchent à maximiser leur bénéfice en réduisant leur couts et l’électricité est un cout.

    En fait je me rends compte qu’il y a quelque chose de très napoléonien chez votre gauche. Celle que vous soutenez vous avez par exemple approuvé la politique mitterrandienne de 81 avant son revirement en 83, la commune… Vous croyez que vous pouvez être à contrecourant du reste du monde, presque seuls contre tous, vivre dans votre bulle et que finalement seul compte le peuple souverain, la démocratie locale, l’avis des uns et des autres… (même si bon je pense qu’il y a bcp d’effet d’annonce et qu’en réalité votre pouvoir si vous étiez au pouvoir serait un pouvoir de gauche très vertical et bureaucratique. On voit par ailleurs la verticalité et le culte du guide chez LFI, personne ne peut être dupe. Tout ce que vous cherchez c’est un cachet populaire, tu parles d’un leadership…). Et vous n’êtes pas lucide sur le fait que la France fait partie du monde, et n’est même pas la force motrice du monde à l’heure actuelle mais plus un wagon. Et vous croyez que vous pouvez vivre dans une utopie sans faire passer le pays par perte et profits. Il faut raison gardé, à moins qu’à l’instar de Napoléon votre projet soit d’envahir tout le monde… Projet que d’ailleurs la gauche historiquement a repris avec l’extension croissante des colonies sous couvert d’idéologie là aussi très noble, la civilisation, la démocratie (tien tiens), les droits de l’homme…. Napoléon aussi avait le même projet (en théorie).

    En fait la tambouille que vous faites en politique intérieure, vous devriez lui intégrer la politique extérieure. Vous réaliseriez alors qu’il faut être lucide sur le champ des possibles offert à un dirigeant de la France et ne pas mentir au peuple. Le protectionnisme est possible pour un pays autosuffisant (au niveau alimentaire c’est le cas, mais au niveau des matières premières ou des produits industriels finis…) pas un pays qui a besoin d’importer des masques, du pétrole, du gaz, et qui a gavé ses classes populaires de biens industriels bons marchés essentiellement importé de Chine de nos jours pour lui faire croire qu’il avait encore un pouvoir d’achat avec ses maigres salaires, que la faiblesse de son budget vêtement lui permettait de partir en vacances pas chères…. Parce que si le prix de ces biens venait à augmenter, par des barrières douanières ou parce qu’ils sont produits localement, les gens ne pourraient plus tous se les offrir et devraient choisir. Plus de vacances ? fin de l’abondance ? « You will own nothing and you will be happy ».

    Et dans la réalité le pays ne peut déjà plus se les offrir. Parce qu’il faut bien expliquer aux gens que les politiques délirantes de vivre à crédit, d’argent magique, de ménager les classes populaires en faisant marcher la planche à billet et qui conduisent aujourd’hui à ce que la France a une dette publique de plus de 110% de son PIB et un déficit public à ce jour de 6.4% du PIB l’an passé ne vont plus pouvoir continuer…

    Parce que l’inflation est là et je m’étonne je le dis à Aude, que ce sujet n’ait pas été abordé lors de l’interview. Peut-être est-elle absente du livre ou a été abordé lors des 4 interviews précédentes ?
    L’inflation dit différemment : la valeur de la monnaie diminue. Avec cette diminution, le pouvoir d’achat des Français va baisser (mais merci à la Chine de casser les prix pour compenser…d’ailleurs attention à ce que les nuls qui nous ont précipité dans l’inflation, ne nous entraine pas à terme dans la déflation qui serait beaucoup plus grave) et on peut craindre que le pouvoir d’achat baisse très fortement, d’autant plus qu’ils vont devoir payer le prix d’une énergie en hausse, d’autant plus en hausse qu’elle est importée en dollars. Que va-t-il leur rester à la fin du mois ?

    Les Français ne sont pas idiots ils se rendent déjà compte avec le prix de leur caddie que l’inflation est là (ils devraient se poser des questions sur l’inflation des produits nationaux notamment alimentaire), ils se rendent aussi compte de pénuries dans certaines étales. Mais le pire arrive car la remède à l’inflation est l’augmentation des taux d’intérêts, et avec elle l’état devra consacrer une part toujours croissante au remboursement de la dette, ce qui va dire qu’il va devoir faire des coupes dans les dépenses s’il ne veut pas finir banqueroute. Et rappelons que l’Union Européenne en fait la Banque centrale impose des critères à respecter. Et qu’Ursula a donné sa feuille de route à Macron. Là aussi les Français ne sont pas idiots, ils voient bien l’état de délabrement des services publics, notamment la santé et l’éducation et cela ne va pas s’arranger. Sauf pour ceux qui pourront compléter par le privé et payer des profs privés, des écoles privés, des soins privés, même la sécurité est privatisée avec des sociétés qui protègent les logements….

    Aussi sans aborder le sujet de l’Union Européenne, de l’Euro, de la gestion budgétaire publique. Vous ne pouvez que vendre des illusions aux gens, et peut-être que certains (les nombreux abstentionnistes) ont compris que vous ne faites que briguer un poste où vous n’avez pas de pouvoir. Ces questions sont essentielles. Et c’est peut-être pour cela qu’ils ne vous croient plus. Et dans leur bon sens populaire le peuple a peut-être cru à tort que Macron, ancien banquier, pouvait plus pour eux ? Reconnaissons lui d’avoir fait exploser les déficits et trouver l’argent magique quand on avait « besoin » pour acheter des vaccins aux américains (d’ailleurs il en est où le vaccin de Sanofi ?) ou des masques aux chinois.

    Enfin je tiens à dire que je souscris à l’avis de Xavier Moreau pour qui la gauche (certes rose, et pas rouge mais la gauche quand même) est au pouvoir depuis 81 sans interruption. Macron est de gauche, il était socialiste et est toujours de gauche. Hollande est de gauche. Sarkozy a mené une politique de gauche comme Chirac même si ce dernier a parfois eu des pointes de Gaullisme. Tous ont mené une politique d’explosion des déficits et de laxisme budgétaire, de prélèvements obligatoires croissants qui placent la France aujourd’hui en tête des pays qui prélève le plus à son peuple. Sur les sujets sociétaux on a pu voir leur « progressisme », sur le mariage pour tous, l’IVG… et sur le plan international, leur interventionnisme militaire avec la guerre en Libye de Sarkozy, celle de Syrie d’Hollande, et aujourd’hui l’Ukraine avec Macron. Et tous ont développé la bureaucratie, sauf peut-être Sarkozy quand il ne voulait pas remplacer 1 fonctionnaire sur deux (promesse non tenue et qui a aussi apporté beaucoup de travailleurs précaires dans le public) mais bon personne ne peut cocher toutes les cases de la gauche, faute de quoi ils seraient rouges et pas roses.

    Et c’est là où pour vous, un homme de gauche, certes rouge devriez réaliser qu’une partie de ce que vous proposez est déjà en application et que cela ne marche pas ou conduit au désastre. Vos réformes avec quoi aller vous les financer ? Vous devriez réaliser que ce qui gêne les travailleurs n’est pas tant que certains soient assistés. Les gens ont un cœur, ils savent bien que certains sont inaptes à travailler. C’est qu’ils ont le sentiment que ce sont eux qui paient et qu’en plus ils paient aussi pour « la misère du monde entier » comme disait l’autre. Dans l’absolu baisser les cotisations des salariés et augmentez l’assistanat, vous verrez que les gens s’en moquent (tant bien sûr que les revenus de l’activités sont supérieurs à ceux de l’assistanat, ce qui est juste, on comprendrait mal qu’il y ait une prime à ne rien produire, où plutôt à n’être qu’un consommateur). Les gens en ont juste marre de payer les taxes et quand on compare avec le reste des nations, les Français paient en effet trop d’impôts (notamment la classe moyenne qui est trait comme jamais), les français mais aussi les entreprises (ce qui rend le territoire inattractif, avec en plus la bureaucratie) donc certains viennent, prennent les aides et partent.

    Mais au lieu de combattre cette vision que l’argent prit au français va dans la poche des immigrés, et des assistés. Et dire aux français la vérité qui est que pour les immigrés par leur travail ils ont surtout contribué à la richesse nationale, ils paient des taxes, ils paient la TVA, les millions d’immigrés consomment en France et financent eux aussi l’état rien qu’avec la TVA qui rapporte le plus à l’état. D’ailleurs les immigrés et leur descendance sont souvent payés moins chers que les souchiens ce qui les exclus peut-être pour certain de l’impôt sur le revenu, mais pas de la fiscalité locale notamment quand ils sont propriétaires. Et ils sont le plus victimes des injustices sociales et des discriminations. Quant aux assistés, ils consomment et participent aussi à leur manière à la richesse nationale. Et une vie avec le RSA est très difficile, que chacun imagine bien une vie avec 500 euros par mois.

    Et au lieu de dire la vérité au français qui est que l’état ne vit pas seulement avec leurs impôts mais il vit avec de l’argent fictif et une mauvaise gestion (citons les milliards pour un vaccin presque inutile qui n’aurait être dû administrer qu’aux personnes âgées et obèses, aux milliards perdus du confinement délirants, aux subventions entre copains notamment dans les médias et dans des entreprises dirigées par des énarques…). Qu’ils sont aujourd’hui entrain de payer sous forme de la taxe qu’est l’inflation et qui touche tout le monde. Et donc au lieu de dire au français que l’état est devenu une bureaucratie disproportionnée et inefficace, qui fait vivre une nomenklatura d’apparatchiks et autre fonctionnaires qui sont eux les vrais gagnants du système (même si bon leur point d’indice pour certains est gelé depuis des années et eux aussi vont payer cher l’inflation. Mais les fonctionnaires feront grève et on a déjà vu que le pouvoir a augmenté les salaires des policiers, des profs… ils ne sont pas fous et veulent éviter la révolution, mais là aussi le reste des Français paiera avec des services publics dégradés où l’argent ira surtout en salaires. Les hôpitaux n’ont plus de lits mais les médecins titulaires sont très bien payés). Macron d’ailleurs s’appuie sur eux pour exercer son pouvoir jupitérien.

    Au lieu de leur dire qu’il faut une réforme profonde de l’état et son train de vie (rappelons que Pasqua faisait sienne la citation « en France rien de grand ne s’est fait sans l’état » pour vous dire que même Pasqua devait être de gauche, d’ailleurs souvenons-nous de son slogan pour les européennes, « gauche droite tous ensemble » ) de remettre en cause la fiscalité applicable au classe moyenne et son injustice. Il est facile de faire payer les français pendant que les multinationales font de l’évasion fiscale (qui est légale) et ne paie que peu d’impôts eux.

    Au lieu de dire la vérité, vous ne le faites pas ou partiellement. Et je soupçonne que c’est parce que vous êtes vous aussi de cette gauche qui est pour la bureaucratie, pour les impôts, pour toujours prendre plus de richesse nationale. Alors contrairement à Macron vous essaierez de faire participer les riches dans un souci de plus grande justice, mais vous ne reviendrez pas sur l’imposition des classes moyennes et des travailleurs. Vous ne ferez pas baisser le train de vie de l’état. Et cela je pense les gens l’ont compris notamment les classes moyennes. Et ces gens qui sont bernés par Macron qui leur a supprimé la taxe d’habitation, et la redevance et ont cru à tort qu’il allait en tant que banquier faire baisser leurs impôts. Pour les très riches il l’a fait mais pour les classes moyennes…. Elles vont payer très chères notamment avec l’inflation. Macron a aussi réussi à avoir les profs avec lui car il leur a augmenté les salaires. Ils ne vont donc pas le quitter.

    Les travailleurs et les fonctionnaires sont moins dupes sur vous parce qu’à la fois vous êtes intellectuellement plus honnête (même si vous ne dites pas tout, mais semblez au moins croire à ce que vous dites et mentez moins que Macron) mais surtout c’est une question d’image. Macron a de jolis costumes, vous vous êtes pointé à l’assemblée en maillot de foot, cette interview vous êtes en chemise, basquette et pantalon… à un moment les gens étant ce qu’ils sont, l’habit fait le moine. Vous êtes un journaliste, pas un banquier. Vous ne trainez qu’avec des prolos. Alors pas de honte à vous, mais il faudrait aussi trainer avec des riches, qui ne sont pas tous des pourris, comme les pauvres ne sont pas tous des saints.

  4. François Ruffin nous parle des classes populaires des campagnes et des périphéries et nous dit qu’elles ont un problème avec les » assistés ». Mais il ne dit pas ce qu’il leur répond. Car il y a beaucoup de choses à dire: d’abord qu’une partie des personnes ayant droit à des aides ne les demandent pas, ensuite qu’il n y a pas assez de travail pour tout le monde (et loin s’en faut!!) et que pour beaucoup de gens, ce n’est pas un choix de ne pas travailler.Ce qu’il pourrait leur dire aussi c’est que les centaines de millions d’aide sociale sont un faible chiffre si on les compare aux dizaines de milliards de fraude fiscale. Et enfin qu’un état civilisé et progressiste ne laisse pas crever les gens avec femmes et enfants dans les rues. Il leur donne de quoi survivre.Je connais quelques personnes qui vivent avec une « aide » de 500 euros par mois et je peux affirmer qu’ils ne vivent pas: ils survivent péniblement.Et pour finir pour moi les actionnaires qui s’enrichissent en dormant sont des assistés, les héritiers qui héritent des millions de papa sont des assistés.

  5. Suggestion-demande à QG : équipe éditoriale et technique.
    Serait-il possible, comme ce le fut ( et comme ça l’est ) d’avoir 45 mn pour modifier, affiner, corriger, son commentaire, ce qui est idéal 🙂 , d’effacer totalement tel ou tel commentaire après qu’il a été publié, quand bien même, il manquerait ( un peu 😉 ) au fil de discussion ( qui s’en remettra toujours … ) mais permettrait au commentateur d’avoir la main jusqu’au bout sur ses écrits ( persistance ou suppression ), et sa contribution à tel ou tel sujet, et finalement d’être maître de sa présence comme de son absence sur votre média en ligne …
    Merci d’y réfléchir et d’accéder, si c’est possible, i.e. techniquement faisable, à cette autre demande.
    Bien à vous:-)
    Whirlwind

      1. Les peintres le pratiquent 🙂 https://fr.wikipedia.org/wiki/Repentir_(peinture)
        Ça rend compte du passage du temps . . .
        Dans ma double hypothèse ( formée à l’instant, grâce à votre msg 😉 ) ce serait un effacement définitif . . .
        ( Il est des sites en ligne qui en offrent la possibilité, et en réseau, sur twitter par exemple, – où les messages sont courts et réactifs -, lorsque j’y interviens, je pratique volontairement l’auto-effacement d’un jour sur l’autre ),
        . . . ou provisoire ( sur QG, on élabore longuement, ( grâce aux 45 mn offertes :-), sans être à graver dans le marbre, un commentaire peut avoir quelque intérêt à demeurer … )
        C’est à voir … mais je pense toujours qu’avoir la main sur ses écrits, – même si on n’en fait rien au bout du compte 🙂 , – c’est bien.

  6. Belle interview !! Ruffin est armé : arguments, actes, courage, au présent et pour l’avenir.

    Mais la Fi ?, mais la NUPES ?,… définitivement fracassées ! ?

    Dans cette optique et déjà posté sous le débat où elle intervenait, mon commentaire :

    « À quoi joue madame Rousseau ?! … » à suivre …

  7. Je ne veux retenir de cet entretien qu’une toute petite chose d’une fraction de seconde: ce petit morceau de phrase de ruffin sur la crise énergétique. « A moins qu’on ne remette en cause les sanctions contre la Russie ». Et LFI le dit et le répète: LFI est POUR ces sanctions qui ruinent le monde entier. Car tout est là! En fait, Ruffin comme les autres acceptent de fait les plans de Macron, l’UE et l’OTAN. Du coup, on mouline du bla bla. Dans tous les autres pays, et maintenant en Autriche, la question des conséquences des sanctions est à l’ordre du jour… sauf en France. Et Ruffin y contribue. Et Aude Lancelin se garde bien de remuer le couteau dans la plaie des peuples.

  8. J’attendais cette soirée annoncée.

    Un homme politique qui a le sens du concret et qui croit dans ce qu’il fait, c’est rare. François Ruffin mérite respect et écoute.
    QG lui donne la parole en ouverture de cette rentrée. Belle augure ! J’ai tout particulièrement apprécié la conduite d’entretien toute en finesse d’Aude Lancelin.

    Je retiens de cet entretien, un passage clé, Celui où François voit les Français résignés sous le poids de la coercition. Il leur manque l’Espoir pour se lever, nous dit-il, l’Espoir qui fait s’enflammer les cœurs et fait briller les âmes, quelque chose de « spirituel » à t-il lancé dans une forte embardée. Je le rejoins sur ce point à cette différence près, qu’il peut aussi s’agir de l’inverse. On peut aussi penser que les Français ne désespèrent pas encore assez des Pouvoirs pour les renverser.

    Voilà un sujet, le cœur de motivation des Francais et là où ils en sont, sur lequel François Ruffin n’a pas oser s’aventurer davantage, écartant la possibilité d’un soulèvement populaire d’un « je ne suis pas devin », en dépit de la relance d’Aude Lancelin « oui mais vous êtes sur le terrain ».

    Où en est le peuple de France ? Que pense t-il réellement ? Les GJ évoqués dans cet entretien ont marqué de leur empreinte l’histoire sociale de ce pays. Victoire ou défaite, bataille gagnée ou perdue, s’est-on questionné pendant cette soirée. Je dis Haut Fait ! Les GJ ont envoyé un Signe : les peuples n’ont pas dit leur dernier mot et sont capables d’un soulèvement autonome. D’immenses forces en réserve gisent tapies dans l’attente d’un Signal. Il faut avoir baigné dans les cortèges pour sentir ces forces remuer. Qu’est ce qui les fera surgir, nul ne le sait, mais en invoquant le « mystère » comme parade à son manque de voir, François Ruffin, homme de terrain, ne dit pas autre chose que ce « mystère » est bel et bien là.

    Les précautions de langage prises pour évoquer ces aspects sur un média engagé et indépendant digne de ce nom, signe à lui tout seul l’incertitude de la situation et le poids de la « cœrcition » sur la pensée et la parole publiques. Conclusion : nous vivons bien sur une ligne de faille et elle est sismique. Quant à la ligne de front… Vous avez dit « Révolution »?

    Je pense pour ma part que si révolution il doit y avoir, pour réussir elle devra surgir sur un tout autre terrain que celui attendu et préparé par les Pouvoirs. À quoi riment les provocations répétées du Praizidan des Français, les exactions de la Police et des CRS, les humiliations et insultes envers le peuple, l’achat de 91 blindés pour contrer les manifestants… sinon à tenter de diriger la colère du peuple sur un terrain où les dirigeants se pensent maîtres de la situation ? « Attention piège » diront certains. Et qui dit piège, dit « bâton ».

    Je ne suis pas devin non plus, je fais face, comme François, au « mystère » de la situation. Mais « le mystère » est bel et bien là. Voilà un entretien de rentrée qui donne le ton. Merci QG !

Laisser un commentaire