Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

Le Président ne décide pas, seul le capital décide – Quartier Libre Avec Nathalie Arthaud

Émission du 28/03/2022

Aude Lancelin a reçu la candidate Lutte Ouvrière aux présidentielles pour un grand entretien politique. Représentante d’un courant révolutionnaire, elle livre toutes ses positions sur l’actualité mondiale. Au programme: la situation en Ukraine, les revendications politiques de la classe ouvrière en 2022, la candidature Mélenchon, et les vraies mesures à prendre pour rendre le pouvoir au peuple.

 

À voir aussi
À voir aussi

9 Commentaire(s)

  1. Sans me dédire de mon premier commentaire, je reprends une vérité énoncée par Nathalie :
    « c’est le capital qui décide, pas l’Etat ». Là, elle est dans le dur, dans la vérité. La conséquence, c’est que ce qui pilote les politiques, c’est l’intérêt du capital, pas l’intérêt de la nation (cad de la population « ordinaire » cad population non ou faiblement possédante).

    En voici un exemple présenté par le très controversé professeur Raoult, homme absolument admirable bien que se trompant quelques rares fois.

    https://www.youtube.com/watch?v=wjJdopl8Y_Q

    Ca tombe bien parce que ça aborde entre autre le cas du cabinet de conseils Mc Kinsey, cad indirectement la question de l’industrie du mensonge (mensonges savamment construit : ce ne sont pas des idiots les mecs là-dedans), industrie qui, comme toute industrie dans le camp « libéral », ne vise que l’intérêt des possédants. Cette industrie « de services » est en train de prendre une dimension phénoménale et inquiétante car les services en question, dans cette industrie, sont pilotés structurellement (= nécessairement et non pas de façon contingente) par l’idéologie décomplexée du profit « privatisé » (« thère is no other way »).

    Ces cabinets, cette industrie du mensonge matérialisent une sorte de « mise en commun » cad un communisme des puissants chargés de détruire impitoyablement mais « proprement » tout communisme des faibles.

  2. Scéance de rattrapage hier soir. J’ai regretté de ne pas avoir pu assister en direct à la diffusion de ce grand entretien qui mérite bien son nom. Merci à QG de nous offrir sur la durée la parole d’un « petit » candidat ignoré des « grands » médias. En ces temps de démocratie confisquée par le pouvoir en place, il est bon de se sentir participant d’un îlot d’indépendance qui fait vivre une parole libre. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Nathalie Arthaud a pu longuement exprimer son point de vue sans réserves et allumer ses feux d’alarme.

    Je ne partage pas, loin s’en faut, l’optique révolutionnaire un brin simpliste de LO, mais j’ai apprécié d’entendre en verve, cette singularité française s’exprimer. Aussi loin que je me souvienne, depuis le temps des débats houleux de mon enfance dans les années 70, cette force politique a toujours eu une place à part dans le débat public, et elle signe là une vitalité qui ne se dément pas, justifiant ici sa place dans le concert des voix nationales.

    Je rejoins Nathalie sur ses propos sur la guerre, qui ouvrent et ferment l’entretien. Belle force de frappe ! Sa lucidité est confondante, preuve s’il en est que l’on peut ne pas partager des modalités d’actions, mais se retrouver sur un certain fond d’analyse. Ce sont les riches et puissants de tous bords qui ont intérêt à la guerre et la fomente. La guerre d’Ukraine peut durer, s’installer et même s’étendre, alarme avec justesse Nathalie. Seuls les peuples peuvent l’arrêter.

    Mais peut-on encore parler du « peuple » en parlant des « travailleurs et travailleuses », de « grands partis » et « d’industries », à notre époque ? J’ai opté pour le sourire face à cette terminologie un brin désuète qui fleure le temps des masses ouvrières d’antan et je me suis dit qu’en « professeur d’économie », comme il a été judicieusement rappeler par Aude Lancelin durant l’entretien, que Nathalie Arthaud devait probablement vivre encore une partie de sa vie dans les livres.

    Reste la flamme qui l’anime, bien perceptible, qui signe la présence d’un Idéal et d’une voie de lutte. Une flamme reste une flamme, et je remercie Nathalie de nous avoir fait partager de son feu, sa révolte face aux souffrances humaines, bien réelles. Il y avait une part de cœur dans ses propos. Le bois des mots se consumme mais la chaleur se transmet.

    Encore merci QG pour ce grand entretien très bien mené qui eclaire et rechauffe nos pensées.

  3. non non,, ,,
    Nathalie ne m’a pas cassé les C……, meme si sa verve qui semble n’avoir d’égale dans ce combat que celle d’Arlette,m’a parfois semblé d’ un flot un peu répétitif, mais !
    ! on retrouve chez Elle, cette Force acquise au cours de longues années de lutte ,, (et ceux ou celles qui ont été amenés à vivre de douloureuses années de pression, soumission , voire maltraitance parfois et non écoute souvent, savent ici de quoi l’on peut parler ) ,,

    le combat est d’étre ensemble , on est des fréres de souffrance et de combat dit Nathalie ,,

    elle a raison!!
    POUR le retour et la volonté de reprise de Lutte ,,elle invite à reculer devant l’abstention en luttant ainsi contre un systéme qui marche à l’aveugle

    ,,Nathalie rappelle aussi que Tout cela d’aujourdh’ui *
    *(sous tendues nos guerres nommées ou innommées…. tel que nous acceptons de les entendre ou de les voir nous mémes ….gens du peuple =
    tout cela n’est pas arrivé dans un ciel serein………….. !!)

    on en vient évidemment , à s’interroger sur le mouvement de gauche dont JL Mélenchon reste le leader ,,
    on en vient à s’interroger;;évidemment !!

    … Aude éléve nos pensées avec finesse**invoquant la parole singuliére et forte de la candidate,belle batailleuse, représentante d’un courant révolutionnaire,
    **BRAVO !!

    néanmoins ,,j’avoue qu,il ne m,aurait pas désinterressée d’entendre ces 2 militants dans un débat conjoint ,, !!

    enfin ,,merci pour cette COMME union à encourager le chemin aux urnes ,et ,à sortir de cet état léthargique et de repli sur soi que nous subissons tous……;

  4. Là, la Nathalie -que j’aime bien- là, elle m’a cassé les couilles ! En bref, les pauvres qui ne votent pas pour elle, sont des cons !
    Nathalie ! la lumière qui éclaire les pauvres ! Est-ce d’éclairage dont ils ont besoin présentement et même demain ? Si elle était à 15% dans les sondages, je comprendrais, mais là ….

  5. Je n’ai jamais été adhérent de LO mais je partage de nombreux points de vue.
    Sur site de LO vous avez outre les prises de position en regard de l’actualité, des conférences sur l’histoire, l’économie etc, de nombreuses et belles soirées en perspective.

Laisser un commentaire