Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« Le service public à l’épreuve du macronisme » – Quartier Constituant avec Lucie Castets et Arnaud Bontemps

Émission du 27/07/2021

Les Constituants François Cocq et Serge Rémy ont reçu deux porte-paroles du collectif « Nos services publics », Lucie Castets et Arnaud Bontemps, pour parler des ravages que connait le service public français face aux politiques austéritaires et la crise sanitaire

De la même émission
À voir aussi

7 Commentaire(s)

  1. Ces personnes appartenant à l’administration et parlant au nom d’un collectif n’ont pas prononcé des mots qui fâchent comme capitalisme par exemple.
    C’est aussi peut-être parce qu’ils sont réformistes c’est plus grave car faire croire qu’on peut changer les choses sans une rupture avec le capitalisme c’est amener les gens dans une impasse et sans préparation attendre cette rupture violente …
    Quartier constituant est dans le même cadre mais la constituante qui semble se dégager sous forme d’idées , de propositions, amène de plus en plus le souffle d’une rupture disons le mot d’une révolution.
    Je ne veux pas donner de leçons j’essaie simplement de mettre chaque fois les pieds dans le plat ou de sauter sur la table …
    On n’a pas parlé d’économie or si on croit que l’on doit tout rembourser Macron a raison : on ne peut plus rien dépenser, il n’y a plus de choix à faire… si que va-t-on supprimer comme dépense ? Et ça un technocrate peut le faire car au point où nous en sommes ce sera quelque chose d’important, choisir entre une chose importante et une autre chose importante un technocrate s’impose il fera au mieux avec les chiffres.
    Et donc a-t-on vraiment besoin d’une démocratie?
    Je ne suis pas raisonnable je préconise pour préparer une constituante des comités révolutionnaires. Pour parler de quoi?
    De la suppression de la finance et de la bourse, je ne parle pas d’une activité privée qui me paraît souhaitable dans certaines limites.
    De la collectivisation (je suis provocateur le mot à la mode est ‘bien commun’) nécessaire et acceptable par le plus grand nombre d’un certain nombre d’activités .
    D’un salaire maximal et minimal à respecter pour tous les français.
    Le fonctionnement des entreprises nationalisées qui ne doit pas ressembler à ce qu’on a connu … etc etc
    Je divague bien sûr, il n’y a pas assez de malheureux il y a encore un service public sans doute pas pour longtemps mais on a encore le temps , un an , deux ans ?
    Et puis aux USA finalement ça se passe bien ! C’est vrai , ils ont le dollar ils peuvent faire payer les autres, ils ont plein de millionnaires qui eux sont généreux comme Bill , il a tout donné même s’il contrôle tout. La question philosophique de savoir si on est encore un homme lorsqu’on vit de charité, c’est couper les cheveux en quatre, il faut manger. Est-ce que les américains ont le temps de penser comme nous qui nous le croyons , pensons? On nous facilite la tâche les réformistes ont pensé au revenu universel, ce n’est pas du tout de la charité , on pourra être fier de l’avoir.
    Sarko est allé bombardé la Libye , on a pas eu besoin de réfléchir.
    On nous a demandé de réfléchir en 2005 , on s’est trompés … Heureusement que droite et PS en changeant quelques mots ont revoté le texte.
    Mais comme aux USA notre pays est hautement démocratique, on peut donner des leçons à tout le monde ! D’ailleurs aux USA il n’y a pas de malheureux, c’est vrai on n’en parle pas . Ils se font opérer comme nous, il ne meurent pas quand même ! ? Opération du genou, de la hanche ça se passe bien non? Pourquoi avoir la sécu ce sont les charges qui tuent nos entreprises, on est obligés de faire travailler les polonais, etc
    Je divague je ne suis pas croyant mais je vais aller à la messe comme Piolle, l’espoir ça rend heureux.
    Et puis ce qui compte c’est qu’on envoie pas de CO2 dans l’air, le reste … même si on n’est plus là on aura sauvé la planète, après s’il lui arrive quelque chose ce sera pas notre faute … je suis content!

    1. Petit délire très intéressant et … pas si délirant que ça. L’ironie, ça parle !
      Je retiens, entre autres bons morceaux, le coup de Piolle, l’incroyant qui va à la messe ! il aurait pu au moins s’expliquer un peu là-dessus : recherche-t-il une certaine communion avec les croyants ? Cherche-t-il des électeurs ? Cherche -t-il à remplir les églises pour sauver la face face à d’autres religions ? Sans explication c’est étonnant ce truc. En tout cas, Aude l’a facilement déstabilisé avec des questions sans concession mais parfaitement correctes. Faut-il s’en inquiéter (des larmes de Piolle) ?

Laisser un commentaire