« Macron: vous en voulez pour #5ansdeplus? »

Émission du 31/03/2022

Des #Giletsjaunes, au #PassVaccinal en passant par la loi #SecuriteGlobale ou la #ReformeDesRetraites, le quinquennat Macron a été marqué par la répression. QG l’a filmé depuis son lancement

À voir aussi
À voir aussi

3 Commentaire(s)

  1. comme une évidence,,,!
    c’est ce qui en découle …………..
    ,,la certitude d’un déluge ,,ou le possible d’une explosion ,ainsi que le prévoit éric

    certes , chacun choisi de voir, regarder, écouter ou faire barrage en restant vivre sur son petit nuage ,mais quand il choisit de visionner la vidéo présentée ici..que se passe t il ??

    comme moi, il peut la recevoir en ‘PLEINE POIRE
    effectivement un choc frontal ,, sans langage hormis celui de la violence ,(de la meme façon que la recoive physiquement les manifestants de tous bords……….;,hopital, GJ, mouvement des femmes, de la jeunesse ect..),,

    celle là même la VIOLENCE dont nous accusons aisément nos fréres de Vie venus d’ailleurs !!
    ,,vivant ailleurs !!
    Là BAS de l’autre coté de nos frontiéres !!

    ,Et , d’ailleurs ,encore,,, de quelle VIE parlerions nous ensemble, si nos mots interpellaient suffisamment hauts et forts, pour que nous nous entendions et ,, et nous écoutions ? (puisqu’a priori tous d’une même race ),et DE CE FAIT ………..nous pourrions y construire une FORME nouvelle chargée de PAIX,,?

    merci à QG qui audacieusement par la richesse de ses diverse et riches émissions donnent à échanger, réfléchir, penser et partager dans un tournant important et évident de l’histoire ,,

  2. Voilà un spot que je découvre après avoir charrié et pelleté plus de 15 tonnes de gravier cette semaine. J’écris les mains endolories en tapant de mon index chaque lettre douloureusement sur un écran fêlé qui ne répond qu’à moitié. Image fébrile qui me renvoie à chaque frappe la violence de ce quinquennat marqué par la surdité, le mépris et la répression systématique. Escalade de violence que l’on retrouve à chaque plan de ce montage frontal marqué subliminalement par la figure d’un président autocrate qui a divisé son peuple et fait couler le sang.

    Après avoir usé de toutes les armes du mensonge et de la manipulation pour étouffer les Gilets Jaunes et récupérer la crise covid à des fins de coercition, voilà notre roi félon qui balaye la campagne présidentielle de slogans lénifiants et rassembleurs, qui frisent le déni et la provocation. Comment peut-on à ce point prendre les gens pour des cons ? Ce gouvernement a achevé ce qui restait de confiance possible en la politique. Il a tué la parole publique et la légitimité de la représentativité, piliers de notre démocratie. Est-ce pour cette raison que ce montage ne reprend aucune prise de parole forte, pas même côté peuple et manifestants qui ont pourtant donné de la voix dans les cortèges ?

    Si dès lors la parole ne peut plus être de mise, que nous reste t-il pour faire face à la situation ? La violence des frappes et la Révolution diront certains ; il est probable que se fomente en réaction à ce Pouvoir inique, un désir de noces avec ce que d’aucuns nomment insurrection, pour en finir avec cette fausse république qui prends de plus en plus des airs de fosse septique. Dénaturation assumée et revendiquée par le Président en personne, figure symbole de l’unité nationale s’il en est, qui déclare vouloir « emmerder » les Français libres à la télévision. Que répondre en effet à de telles déjections ? Par le silence de l’abstention et la sortie progressive du système, qui se traduira un jour par un abandon pur et simple de la fonction pouvoir et des institutions, promeuvent d’autres.

    Insurrection et abandon, deux mouvements d’apparence contraire mais qui marquent en fait le flux et le reflux d’une volonté populaire qui se lève. S’il y a une chose que l’on doit à Macron c’est d’avoir provoqué une montée des fonds. Son quinquennat a été marqué par la montée de vagues puissantes qu’il a pour le moment réussi à juguler. D’autres suivront en réaction. Le cynisme et l’arrogance avec lequel Macron a entamé sa campagne et la médiocrité patente des débats instrumentalisés par les médias manstream, ne laisse présager rien de bon. Car une fois de plus les pouvoirs envoient au pilon le peuple et ses aspirations. La seule certitude que l’on puisse avoir en la circonstance, est c’est celle d’un deluge ou d’une explosion si les pouvoirs maintiennent leur position. Car ce qui est parti du peuple est parti du fond.

Laisser un commentaire