Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

«La gauche peut-elle gagner la présidentielle ?» avec Raquel Garrido, Nathalie Arthaud, Sandra Regol et Claire Lejeune

Émission du 16/09/2020

Aude Lancelin a reçu un plateau 100% féminin pour un débat politique de rentrée intense, avec Sandra Regol, porte-parole EELV, Raquel Garrido, proche de la France insoumise, Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, et Claire Lejeune, coresponsable des organisations de jeunesse écologistes.

De la même émission
À voir aussi

11 Commentaire(s)

  1. Sensationnel ! Que pense mme Regol de la nouvelle du jour (12 novembre 2020) : juste après l’annonce d’un vaccin américain (Pfizer) contre le covid, le fourbe Yannick Jadot, et le Père Noël Ma mère, annoncent qu’ils sont favorables à la vaccination obligatoire, et font ainsi un sacré cadeau aux actionnaires de Pfizer. Le Père Noël, c’est uniquement pour les riches chez EELV. Bravo.

  2. Et changement de posture : une interview … poético-percutante d’Aude lancelin à « Reconstruire » (Aude est l’interviewée) : un plaisir à lire. Les points sont sur les « i », et les astres alignés.

  3. Mme Regol m’a confirmé qu’il n’y aurait pas de révolution et qu’elle protège la propriété privée des grands groupes financiarisés et donc des banques, en se cachant lâchement derrière le petit patron comme dab.

    Cela ne fait aucun doute même si je suis sûr qu’elle peut dire le contraire pour ‘s’adapter’ au langage de la gauche, ce qui s’appelle de la manipulation … pourtant les programmes de la gauche actuelle c’est de l’écologie teintée de promesses sociales comme dab.
    Dans l’opportunisme Mme Garrido n’est pas mieux : la constituante tout de suite au début de l’émission , on peut en discuter à la fin. C’est vrai que Mme Regol a eu un argument très fort apparemment: c’est du pipi. Et Mme Garrido n’avait plus envie, on est en droit de le supposer.

    C’est peut être qu’une question de poste puisque Mme Garrido a proposé ses services je ne sais plus pour quelle candidature, mais personne a voulu … voilà . J’ai cru un instant que Google mon ennemi m’avait mis une pièce de théâtre mais non je deviens parano, pauvre Google.

    Il m’arrive de regarder encore la télé souvent c’est pas chez moi. Il y a un semblant de remise en cause de la pub pour des mauvais produits , simplement pour cela sur LCI , ils sont montés aux créneaux tous les petits mercenaires : on ne touche pas à la pub.
    Et ce n’était pas une grande affaire !
    Et donc la seule écologie qu’il y aura avec eux ce sera celle qui leur rapporte et que nous paierons.
    Ils sont puissants ils ont tout en main, essayez de troubler leur bénef …
    Mme Lejeune représente la jeunesse ( désolé pour l’humour à 2 balles mais que peut-on faire de cette émission, je n’aime pas pleurer) et c’est la seule qui a eu un argument : la victoire éventuelle d’une gauche pourrait servir de levier pour aller plus loin.
    Jusqu’à présent , depuis Mitterrand le grand révolutionnaire jusqu’à Hollande l’Hyper révolutionnaire (il a été le seul a se déplacer en Vespa), après leur échec cela a été un levier pour la droite , et dans le prochain pour Marine si elle ne passe pas directement.
    C’est fini , je vais passer à la constituante avec Christian Laval où on ne parle pas du travailleur.
    Le travailleur vend sa force de travail contre un salaire , c’est une marchandise en tout cas pendant son temps de travail, ce n’est pas une posture d’homme libre qui ne va en général pas se poser des questions sur comment s’auto-organiser … le reste du temps il se fait formater par la pub pour devenir un bon consommateur. Mais on reprend le rêve d’un Chouard , un bon modèle organisationnel sans parler des salaires , sans parler où va la richesse …
    Mme Lancelin je m’accroche mais cela va être dur, et des gens qui pensent comme moi il n’y en a pas beaucoup je ne vais pas couler votre journal si je pars .. . je ne ne crois plus à quoi que ce soit dans l’immédiat pour finir je cite un texte d’un commentaire trouvé sur Médiapart :

    12/09/2020 07:55
    • Par richardthevenon
    Tous les empires finissent par s’effondrer sous le poids de leur propre connerie.
    La privatisation des Etats et la gestion directe de la manne fiscale, par les Conseils d’Administration des Cartels Economique, a imposé  le remplacement de la « politique », par la télé réalité.
    Et la submersion sous la connerie, ne peut que prendre la forme de la farce actuelle.
    L’URSS a implosé en quelques mois, les USA connaîtront le même sort.
    Simplement, le rétablissement de l’inégalité en URSS, a permis la naissance-mutation  rapide d’une bureaucratie de gangsters, qui a réussi à contrôler l’armée, alors que cette porte de sortie n’existe pas aux USA, déjà dirigés par une bureaucratie de gangsters, en train d’imploser.
    La violence politique, et la tentation exterminationiste, sont les fondements mêmes de l’existence et de l’histoire des USA, elle les ont façonné et sont à l’origine même de leur système électoral guignolesque.
    Cette ère ne peut se terminer que comme elle a commencé et vécu: Par la guerre civile.
    Le chaos que les USA ont semé sur la planète entière, s’installe désormais chez eux.

    J’ajouterais ‘chez nous aussi’
    Pour moi c’est simplement objectif, je n’ai rien d’autre à dire et je ne crois pas que j’aurais encore quelque chose à dire, peut être de lire le désir de communisme de Bernard Friot.
    Merci à tous ceux qui m’ont lu !

  4. Quel marrage cette interveiw de Yannick Jadot sur France Info, à propos (des propos) de Sandra Regol dans cette émission de QG. Jadot, il n’est pas d’accord avec Regol, non, EELV n’a jamais voulu renverser le capitalisme. EELV veut juste changer le capitalisme; en clair le rendre plus écologique. Le maintenir donc.
    Bravo la porte parole d’EELV, elle raconte n’importe quoi apparemment ! Ou alors, elle était présentement dans un état confus, car je ne pense pas qu’elle ait voulu s’aligner sur une norme de groupe : mme Arthaud était la seule a revendiquer le renversement du capitalisme.
    La bonne nouvelle, c’est qu’une chaîne meanstream cite QG, qui du coup prend du galon, sans être lèche-botte.

  5. Ce débat semble témoigner combien il sera difficile de faire émerger une figure de rassemblement à gauche pour la prochaine élection présidentielle.
    Il faudrait qu’une personne, connue, respectée (notamment pour sa probité), consensuelle et ne provenant pas du milieu politique se  »sacrifie » pour non pas se présenter mais représenter un programme de changement radical de cette Vème république a-démocratique.

  6. Garrido monopolise la parole de manière insupportable. Ruffin, dans des émissions précédentes, était un porte-parole bien plus convaincant de LFI. Les deux représentantes d’EELV avaient des choses à dire mais étaient complètement étouffées par Garrido. Arthaud s’est placée d’emblée hors jeu.

    1. Effectivement, Raquel Garrido a essayé d’imposer son point de vue tout au long de l’émission et cela a été assez insupportable. Elle a transmis une autre  »image » de celle de la vidéo de  »regards » » où elle était tout à fait captivante. Emission où d’ailleurs elle avait indiqué que Jadot serait le nouveau  »tancrède » recherché par la bourgeoisie pour remplacer Macron.. Ce dont aujourd’hui, elle ne se souvient plus et qui se révèle donc questionnant…
      Par ailleurs, elle mentionne dans ce débat d’aujourd’hui la volonté de la FI de supprimer le second tour des présidentielles si la FI venait au pouvoir.. Or, d’après le programme de la FI, il n’y aurait plus de monarchie présidentielle et supposerait donc qu’il n’y ait plus de  »représentant » de la nation.
      En Suisse, la représentation de la Confédération est tournante. Elle est occupée à tour de rôle chaque année par un élu du conseil fédéral.
      Ce qu’il faudrait c »est un Conseil de gouvernement.. Ce qui supprimerait le poste de  »monarque »…

  7. Bonjour et bon retour de congés.

    Emission bougrement intéressante, qui nous fait démarrer sur les chapeaux de roue.

    Il y a deux champs de réflexion sur cette émission : 1) l’exclusivité – choisie par QG – des femmes dans ce « Pas de Quartier » et 2) le contenu du débat politique proprement dit.

    1)
    Sur l’exclusivité féminine : j’ai trouvé ce choix étonnant, et il m’a semblé qu’on était là dans du féminisme pur jus. Mais aussi dur jus ! dur parce que le monde politique n’est pas constitué que de femmes ! dur aussi parce qu’on peut y voir une démarche revancharde sur l’exclusivité des hommes, dans le passé ! Mais aussi « doux » jus, parce qu’on peut y voir la volonté de laisser aux femmes la possibilité de s’exprimer sans être sans cesse « coupée » par la parole autoritaire d’un homme sans gêne. Voilà pour mes préjugés de compréhension de ce choix.

    Voyons le déroulement réel, cad ce que ça change sur la « forme » que prennent les débats.
    Aude Lancelin s’est impliquée plus que d’habitude sur le contenu, donnant un avis (savamment arrondi) à l’occasion de ses actes d’animation (introduction d’une question, passage de la parole, gestion de l’équité) : a-t-elle donc moins peur des femmes que des hommes ? Si oui, elle a tort car on constate que les femmes ne se font pas de cadeaux ; certes, le devoir de « retenue » qui fut (et est ?) le lot de la gente féminine se manifeste encore un peu, mais on constate que ça commence à déborder sévère (et encore, le plateau ne comprenait pas de ces « furies » célèbres et décomplexées du PAF français actuel). Dans les faits, les coupures de paroles furent nombreuses ; bien autant qu’avec les hommes (on ne fera pas un classement des coupeuses … ). Ma conclusion, c’est que ces « coupages » ne sont pas liés au sexe mais à la passion et au tempérament. Mais, entre les deux plus passionnées du plateau (les gauchistes), y’en a une qui sait attendre son tour, et l’autre pas.
    Du côté des droitistes, y’a des coups bas qui volent haut et qui font l’objet d’une stratégie de gestion vraiment remarquable … dans la bassesse : en début de débat, mme Regol se plaint des anathèmes à son endroit (??pas évidents ??) : il reste beaucoup de temps et elle a donc choisi de couper court pour se protéger de ces soi-disant anathèmes. Mais à la fin, quand il reste peu de temps pour une répartie éventuelle, c’est elle qui choisit de frapper : « mais ça c’est faire pipi pour marquer son territoire » répond-elle à un argument de mme Garrido. Le temps de la sidération pour cette insulte (le « marquage urinaire » est une pratique animale) et hop l’émission est terminée. Et mme Regol est gagnante par coup bas ! Bravo !
    Certes mme Garrido est une femme passionnée, coupeuse, mais elle est correcte et elle mérite qu’on le soit avec elle !

    2)
    Sur le contenu : rien de dissemblable à une approche masculine. Les positions sont là ; elles sont ce qu’elles sont ; elles sont connues y compris les mensonges qui les accompagnent, le pompon absolu revenant à mme Regol dans ce domaine : « EELV a toujours été anticapitaliste » et donc l’est toujours. Elle est dérangée ou quoi ? A la création, peut-être ! mais c’est loin ! qu’elle nous montre un texte ou plutôt une affiche ou un tract électoral récent où cela est affirmé !
    « Nous voulons partir ensemble à la conquête du maximum de villes sur une base écolo, écolo, écolo » dit Jadot avant les municipales. Et ils se sont alliés à la droite capitaliste.
    Dans ma ville, le programme écologiste c’est à 70 % planter des arbres partout, y compris dans la forêt, et à 30 % l’ordre public (mais avec ça, ils se sont fait ratatiner).
    Tous les leaders d’EELV sont de droites ou entretiennent d’étroites relations avec la droite : Cohn Bendit, Hulot, Jadot , …. des figures comme Arthus Bertrand …
    Pendant l’émission, on a entendu mme Lejeune et mme Regol dire toute leur préoccupation pour les quartiers défavorisés, cette préoccupation consistant à vouloir tout faire pour que l’écologie concerne aussi les « quartiers » qui sont effectivement plus pollués que les (beaux) quartiers. Tu parles d’une chance pour les quartiers ! le social d’EELV consiste à promettre de l’écologie dans les laids quartiers. Mais elles n’ont vraiment rien compris, toujours à confondre social et sociétal : le social ne consiste pas à faire de l’écologie pour les pauvres, mais à leur donner du fric ou plutôt du pouvoir d’achat, pour qu’ils puissent s’acheter ce qu’ils veulent (bio ou pas bio, écolo ou pas écolo) pour ne plus être dans l’indignité sociale. Plus bouché du côté des oreilles qu’un écologiste ça n’existe pas.

    Quand l’écologie est vraiment anticapitaliste, voilà ce qu’elle affirme et affiche :
    https://www.amazon.fr/Que-cr%C3%A8ve-capitalisme-sera-nous-ebook/dp/B08DNXH7FL
    (je choisis de mettre un lien Amazon volontairement car les écolos sont dans le comportementalisme)(vélo électrique, ….).

    L’ENA, convoitée par mme Lejeune, ça ne veut pas dire Ecole Nationale Anticapitaliste, mais Ecole Nationale d’Administration du capitalisme. Je lui souhaite tout de même, vraiment de tout cœur, de réussir. On peut s’en sortir sans rougir, mais c’est rare !

    Non, les écologistes n’ont pas de sensibilité sociale, aucune culture sociale ou marxiste (ou infra) puisqu’ils en sont encore à confondre social et sociétal. Petit rappel si ça peut aider :
    – LGBT, antimachisme, antiraciste etc = le sociétal parfaitement compatible avec le capitalisme, et cependant légitime (le chemin de fierté des bobos ; ouf, ils peuvent se dire progressistes là-dessus, au même titre que la plupart des gens de droite actuellement).
    – Ecologie = le sociétal totalement incompatible avec le capitalisme (mince, là ça coince, car les écolos veulent garder le capitalisme qui leur assure une vie de douceur (écolo = CSP+); y’a que la pollution planétaire, et un peu les voyous des quartiers, qui les dérangent dans leur confort ! Et ce n’est pas dans leurs possibilités financières de s’expatrier en Suède ; sans le capitalisme, ils se retrouveraient peut-être au niveau des prolos ! Non, ce qu’ils veulent aussi pour les djeun’s des quartiers, c’est faire du simili social, des allocations, des « bons » de repas, des assistantes sociales, des formations en prison, de l’expression corporelle pour crier, faire sortir leur colère légitime avalée). Leur DRH c’est Benoit Hamon.
    Mme Arthaud Nathalie (j’ai failli dire Florence) a bien résumé le marxisme/léninisme opérationnel.

    1. hyper d’accord avec ton texte sur le politique , point 2 .. sur le point 1 ))) ou tu as bien vu, le plateau feminin ouf, pour une femme victime de viole ca fait du bien et on est 1 sur 5, on a le droit aussi de vivre, de voir des femmes, Polanski nous dégoute et ca dure, Gainsbourg aussi .. et on en a soupé. les Charlie avec leur femmes a poil .. stop … … les mecs seul sur un plateau c’est tt le tps.. Et ,Lancelin adore les mecs, et reçois peu de femme, surtout pas en mm tps.. et oui elle a moins peur des femmes , comme tou.te.s les macho.. ,Tu viens de t’apercevoir comme bcp d’aveugle, que les femmes sont des homo sapiens grégaire donc traversé par la culture, et l’a propage par leur comportement machiste, comme tt les humains, les femmes sont autant affectées par le patriarcat que les mecs, et nous l’utilisons pour nous défouler de la frustration induite par une société hiérarchique qui ne conviens a aucun adulte… , les femmes s’écrasent face aux mecs, et surtout les pires, les violeurs sont libre de violer.. et elles mm de parler de femmes facile ))) , et pire les csp+, elles sont les plus trompées par leur mecs et donc les plus frustrées, des femmes, nous les employées , technos, on sort avec des mecs de notre age et on se quitte)) ,, Elles sont jalouse, y’a pas 1 universitaire qui couche pas avec ses étudiantes, ou un médecin qui trompe pas, pareil les osteo, kiné..et les militants de gauche eux harcèlent les militantes baisable, pas les vielles , qui elles en sont frustrées !! les csp+ sont donc hyper jalouses des autres femmes.. comme le patriarcat le leur autorise elles défoncent femmes et enfants, les femmes n’ont aucun amour inconditionnelle apres 12 ans, comme les mecs, on aiment personne inconditionnellement apres nos 12 ans, nous les homo sapiens.. , les csp+ ado arrêtez avec ca … , comme pour les mâles, le capitalisme frustrant, fait que les femmes aussi ont besoin de bouc émissaires, de poubelles a émotions , se sont en temps calme les enfants et les femmes pour TOUS, on y est tous, et par temps de révolution , les bourgeois choisissent un autre groupe en plus a stigmatiser, en ce moment c’est les musulmanes ,(et en France on a choisis les femmes, dans le monde c’est les musulmans, mais ici on est si macho que c’est les musulmanEs )) . Mais ce plateau entièrement feminin deja t’a appris que les femmes sont l’égale des hommes envers les femmes, si y’ avait eu un mec tt sauf Nathalie et Raquel aurait été a genoux. .. incroyable.. donc pour moi qui suis féministe et qui subit le patriarcat, que de voir des femmes parler est ce qui donne du courage aux muettes, sans exemple pas d’éducation. Mais bien sure que les femmes sont macho et on du tempérament, on est homos sapiens, pas des animaux, on a les mm réflexions, ambitions, émotions, vivacité, pareil et on aime aussi dominer, comme les homos sapiens blancs avec bite.. tout pareil, la différence c’est que la elles se le font etre elles et pourront peut etre changer et voire qu’elles se fichent des femmes , et s’occupent d’elles mm.. la combat féministe est un combat de bobos.. donc ca merde, les femmes on veut du fric pour vivre et élever les enfants, une école qui n’évalue pas nos momes, et des flics qui nous protège.. )) le minimum en démocratie, et on l’a pas quand on est pas csp+. ça c’est la vraie différence le fric.

      1. Bien reçu, et merci evemarie pour ton « hyper accord » sur le point 2.
        Ton commentaire sur le point 1 est très clair; il nuance quelque peu certains aspects de l’approche féministe classique. Mais j’adhère.
        Bon, il semble que tu aies eu quelques expériences « très défavorables » avec les hommes.

        Tout comme toi je pense que les femmes sont des acteures comme les autres (je ne raisonne qu’en termes de rapports sociaux et donc d’acteur(e)s). Mais je crois aussi que les enfants sont des acteurs « presque » comme les autres, car dès la naissance ils s’inscrivent dans des rapports sociaux (on va dire que ce sont alors des proto-acteurs dans des proto-rapports sociaux), et ce sont ces rapports sociaux qui leur permettent progressivement de se constituer comme sujet cad d’acquérir une conscience, puis ensuite de se développer psychiquement jusqu’à l’âge adulte. Cela fait que tu m’interpelles très fortement avec ton affirmation qu’après 12 ans il n’ y a plus d’amour inconditionnel !!!! Pour moi, il n’y a jamais vraiment d’amour inconditionnel : c’est du romantisme que de croire cela. Tu as peut-être connu l’amour fou puis perdu ? Il y a un inconscient « marxien » qui détermine la conscience (à ne pas confondre avec l’inconscient freudien qui est la poubelle de la conscience, si j’ai bien compris toutes les absurdités freudiennes), et la conscience « trie inconsciemment » ce qui est avantageux ou désavantageux avec les critères de tri qu’elle a à sa disposition; et elle peut se tromper. d’où des déceptions; et des recommencements !

        Bonne continuation evemarie.

Laisser un commentaire