Pour accéder à ce contenu veuillez vous connecter ou vous abonner

« Vaincre Macron ! » – Pas de Quartier avec Olivier Besancenot, Anasse Kazib et Eric Drouet 07/01/2020

Émission du 07/01/2020

QG a lancé son site le 7 janvier depuis la Maison de La Grève à Paris, avec un live exceptionnel réunissant autour d’Aude Lancelin, Olivier Besancenot (ex porte-parole du NPA), Anasse Kazib (Cheminot SUD Rail), et Eric Drouet (Gilet jaune)

De la même émission
À voir aussi

6 Commentaire(s)

  1. J’essaye de nouveau de poster ce commentaire qui semble ne pas passer la modération.

    Bon. Mis à part Eric Drouet, c’était une soirée Trotskiste ! Pourquoi pas , puisque ce sont les seuls marxistes organisés vivants aujourd’hui. Certes Staline avait beaucoup de défauts, mais pas que, tout de même ! Lorsque Lénine dans son « testament » a récusé Staline, ce n’était nullement pour des motifs idéologiques, mais plus concrètement pour son autoritarisme excessif.
    Revenons à la soirée. Un « bravo » immense à Anasse Kazid qui se positionne actuellement comme la première épée de la contestation marxiste-léniniste de terrain. Merci à lui. Il va ferrailler vigoureusement sur les plateaux de BFM Télé Vomitive (ou de C Nouilles), et il en sort la tête haute malgré quelques éclaboussures de vomis de ses interlocuteurs.
    Dans cette soirée, s’il y avait eu une tendance médiane entre le Marxisme-Léninisme (ou le communisme assumé) et Les Gilets jaunes, ça aurait été parfait. Cette tendance médiane existe, c’est celle d’une nation méso-capitaliste, démocratique au sens ordinaire, avec un grand service public, et des politiques sociales fortes cad d’un Etat non inféodé aux capitalistes (c’est sans doute un peu utopique). Cette tendance existe pourtant, c’est le Mélenchonisme, qui est, au fond, un capitalisme monopolistique d’état, tant décrié par certains théoriciens marxistes (par exemple Clouscart). Mais, faute de grive, on mange des merles …. !
    Eric Drouet, représente le peuple en colère qui s’en tient à la « dignité » (le bloc populaire ?) ; un peu démuni idéologiquement; il est sans doute proche du Mélenchonisme (même s’il ne le revendique pas) et c’est respectable. Le bloc populaire contient certes des petits patrons sous divers statuts (prolétarisés par le néo-capitalisme de la finance qui consiste à produire non pas des « produits » ni même involontairement du « lien » mais de l’argent … à tout prix), mais il reste populaire et il peut en être fier. Qu’un jour, ces petits patrons « réussissent », et rejoignent le bloc bourgeois, on s’en fout. Tout prolétaire rêve de richesse et de promotion sociale; quand il change de camp en tant qu’acteur, on le combat !

  2. Bon. Mis à part Eric Drouet, c’était une soirée Trotskiste ! Pourquoi pas , puisque ce sont les seuls marxistes organisés vivants aujourd’hui. Certes Staline avait beaucoup de défauts, mais pas que, tout de même ! Lorsque Lénine dans son « testament (!) » a récusé Staline, ce n’était nullement pour des motifs idéologiques, mais plus concrètement pour son autoritarisme excessif.
    Revenons à la soirée. Un « bravo » immense à Anasse Kazid qui se positionne actuellement comme la première épée de la contestation marxiste-léniniste de terrain. Merci à lui. Il va ferrailler vigoureusement sur les plateaux de BFM Télé Vomitive, et il en sort la tête haute malgré quelques éclaboussures de vomis de ses interlocuteurs.
    Dans cette soirée, s’il y avait eu une tendance médiane entre le Marxisme Léninisme (ou le communisme assumé) et Les Gilets jaunes, ça aurait été parfait. Cette tendance médiane existe, c’est celle d’une nation méso-capitaliste, démocratique au sens ordinaire, avec un grand service public, et des politiques sociales fortes cad d’un Etat non inféodé aux capitalistes. Cette tendance existe, c’est le Mélenchonisme, qui est, au fond, un capitalisme monopolistique d’état, tant décrié par certains théoriciens marxistes (par exemple Clouscart). Mais, faute de grive, on mange des merles …. !
    Eric Drouet, représente le peuple en colère qui s’en tient à la « dignité » (le bloc populaire ?) ; un peu démuni idéologiquement; il est sans doute proche du Mélenchonisme (même s’il ne le revendique pas) et c’est respectable. Le bloc populaire contient certes des petits patrons sous divers statuts (prolétarisés par le néo-capitalisme de la finance qui consiste à produire non pas des « produits » ni du « lien » mais de l’argent … à tout prix), mais il reste populaire et il peut en être fier. Qu’un jour, ces petits patrons « réussissent », et rejoignent le bloc bourgeois, on s’en fout. Tout prolétaire rêve de richesse et de promotion sociale; quand il change de camp en tant qu’acteur, on le combat !

Laisser un commentaire